Quand les algorithmes inspirent la science

4 décembre 2017

L’homme du futur sera bien augmenté par la technologie, selon le mouvement “extropianiste” – présenté au sein de notre article Cinq courants philosophiques à connaître à l’ère des monnaies virtuelles. Toutefois, des chercheurs spécialistes de la “biologie computationnelle” – désignant les travaux portant sur l’interface entre l’informatique et les sciences de la vie – vont encore plus loin : ils veulent appliquer les règles du code informatique à la partie décisionnelle de l’ADN humain !

Ces recherches ont pour objectif d’activer via les signaux chimiques identifiés comme une donnée, une partie de la bande ADN  – l’ARN pour Acide ribonucléique – d’un être vivant, relate Rémi Sussan sur InternetActu. Autrement dit, au moindre message indiquant par exemple une défaillance de notre système immunitaire, cette partie d’ADN modifiée serait en capacité de lancer la production d’anticorps, voire même de l’anticiper.

L’observation de la Nature n’a donc pas fini d’inspirer la science : après le biomimétisme appliqué à l’art et à l’architecture, voici venu le temps des biobricks, ou le séquençage informatique appliqué à la biologie. Les chercheurs ont déjà réussi à greffer, sur une cellule humaine, un film contenant des données d’images.

A terme, la cellule pourrait donc stocker son propre historique de données.

A suivre !

Crédit Illustration : Ian Cuming – CG Society

 

A lire aussi

La communauté des leaders de l'innovation

Innovating in good company

Rejoignez-nous