Apple prêt à sortir sa voiture autonome entre 2023 et 2025 ?

22 août 2018

D’après l’analyste Ming-Chi Kuo, Apple n’aurait pas enterré son projet de voiture autonome. Au contraire ! L’Apple Car pourrait être mise en vente d’ici 2023 !

Le retour de Doug Field, ancien vice-président en charge des Mac chez Apple, après cinq années passées chez Tesla, aura fait couler de l’encre. Pour Ming-Chi Kuo, l’analyste de TF International Securities connu pour la justesse de ses commentaires sur les projets d’Apple, ce recrutement ne peut vouloir dire qu’une chose : Apple travaillerait toujours sur la conception d’une voiture autonome.

Retournement de situation

Cette analyse peut surprendre. Ces derniers temps, les annonces RH d’Apple et rumeurs laissaient plutôt penser qu’Apple avait fortement réduit ses ambitions en termes de voiture autonome.

Comme le rappelle le site MacRumors, Apple a commencé à travailler sur le Projet Titan, son projet de voiture autonome, en 2014, mais des problèmes de management et des conflits internes auraient poussé l’entreprise californienne à se détourner du hardware pour se concentrer sur le software. En 2016, des centaines d’employés furent licenciés ou assignés à de nouveaux projets tandis que Bob Mansfield prenait les commandes du projet pour faciliter le passage de la conception d’une voiture autonome à celle d’un logiciel de conduite autonome qui serait vendu à des constructeurs automobiles. Ce logiciel est testé depuis début 2017 dans les rues de Cupertino, dans des SUV Lexus.


Lire aussi : Bye les moteurs de recherche ! Google et Baidu misent sur les véhicules intelligents

Selon Ming-Chi Kuo, le recrutement de Doug Fields laisse à penser que ce logiciel de conduite serait intégré dans une voiture conçue et produite par Apple d’ici 2023 à 2025.

Un futur carton pour Apple ?

Selon MacRumors, l’analyste en est sûr, cette voiture sera « le prochain produit star » d’Apple. Il voit l’Apple Car révolutionner le monde de l’automobile comme l’iPhone a révolutionné le monde de la téléphonie lors de son lancement en 2007. La mise en vente de cette voiture, associée à celle d’un casque de réalité virtuelle et aux services que les deux produits pourraient proposer, devrait permettre, selon lui, à Apple d’atteindre les 2 000 milliards de dollars en capitalisation boursière, alors qu’elle vient juste de dépasser la capitalisation historique de 1 000 milliards le 2 août 2018.

L’analyste est optimiste. Il estime en effet qu’il y a une véritable attente du grand public pour une telle voiture. Le marché automobile est effectivement en pleine mutation et les nombreuses innovations pourraient pousser les consommateurs à s’équiper d’un nouveau véhicule. Bien sûr, cette demande pourrait aussi servir les autres entreprises qui travaillent sur des véhicules autonomes mais, selon Ming-Chi Kuo, la voiture d’Apple sera bien supérieure à celles que préparent Google, Tesla et les autres, et s’imposera sur le marché.

Les équipes d’Apple travailleraient actuellement sur le développement d’un véhicule autonome. Rumeur fondée ou simple emballement des analystes ? Image par Apple.

L’analyste estime en effet qu’Apple saura réaliser « une meilleure intégration des matériels, logiciels et services » que ses concurrents. L’avancée du géant de Cupertino dans la réalité augmentée lui assurerait aussi une bonne longueur d’avance sur ses rivaux.

Le journaliste Maxime Claudel de Numerama tient à nuancer. Pour lui, ce n’est pas parce qu’Apple sait concevoir « de merveilleux téléphones intelligents » qu’elle saura concevoir avec autant de talent un produit aussi complexe qu’une voiture. « À l’heure actuelle, hormis les cerveaux piqués à Tesla, rien ne permet d’affirmer qu’Apple a l’expertise nécessaire pour devenir un acteur capable de changer la donne », explique-t-il. D’autant que, comme Tesla a pu l’expérimenter, produire des véhicules autonomes vient aussi avec son lot de complexités et imprévus.

Maxime Claudel appelle surtout à ne pas s’emporter, rien ne prouve qu’Apple a bien recruté Doug Field pour s’occuper de la création d’une voiture. Il rappelle que l’Apple TV a parfois été un téléviseur dans les fantasmes des analystes. Bref, pour lui, il est tout à fait possible qu’Apple travaille simplement sur un logiciel de conduite autonome et une version améliorée de CarPlay, une plateforme qui permet d’utiliser un iPhone en voiture de façon plus simple et sûre.

Quoi qu’il en soit, si Apple travaillait bien à la conception d’une voiture, elle devra s’imposer face à des mastodontes comme Tesla et Google, plutôt connus pour leur maîtrise de l’expérience utilisateur. En dépit des doutes et des obstacles rencontrés, le marché de la voiture autonome continue de faire fantasmer les analystes et de faire rêver les entreprises de l’automobile et de la tech.

Image d’en tête par Apple

La rédaction HOW

par L'ADN

Linkedin

A lire aussi

La communauté des leaders de l'innovation

Innovating in good company

Rejoignez-nous