Les avantages de l’IoT surpassent ses risques pour les utilisateurs

Un récent rapport du Pew Research Center estime que malgré les cyber-attaques, les pannes et les violations de la vie privée, l’Internet des Objets continuera de se développer pour offrir des services toujours plus précieux au cours des années à venir.

L’Internet des Objets, c’est la connexion et l’interconnexion d’objets et d’appareils divers ; leur valeur peut varier de quelques euros à des milliers voire plus. Les plus en vogue actuellement ? Les voitures, les assistants vocaux comme Enki de Leroy Merlin, les équipements de la maison et les dispositifs médicaux. En septembre 2016, à l’occasion de DEF CON, l’une des conférences les plus réputées dans le domaine de la sécurité, des failles de sécurité sur vingt-trois objets connectés ont été dévoilées ; elles concernaient entre autres des serrures électroniques, des thermostats et des fauteuils roulants. Peu de temps après, le service Dyn, auquel sont raccordés des millions d’équipements tels que des imprimantes, des box Internet et des webcams, a été la cible d’une attaque, ce qui paralysa les communications vers de nombreux sites web comme Twitter, Amazon et Netflix. Une attaque qui a amené le New York Times à qualifier l’IoT d’« arme de disruption massive ».


Lire aussi : Le Edge computing va rendre l’IA plus écologique, rapide et éthique

[vc_video link= »https://www.youtube.com/watch?v=z6HHLEVJgkE » align= »center » css_animation= »fadeIn »]

Alors qu’est-ce qui favorise la croissance de ce marché, malgré les réticences concernant l’IoT ? Le Pew Research Center a interrogé de nombreux scientifiques, chercheurs… pour recueillir leur avis sur la question. Si pour 15% d’entre eux, les gens finiront par se déconnecter définitivement, les 85% restants pensent au contraire que nous nous dirigeons vers un mode de vie de plus en plus connecté. Plus précisément, sept points ressortent en priorité de cette étude :

1) Le monde connecté facilitera la circulation de l’information et des échanges

2) Nombreux sont les individus qui se trouvent déjà dépendant de cet univers connecté, plus difficile encore sera leur sevrage dans 10 ans ;

3) L’intérêt de l’IoT surpasse, chez nombre d’individus, les risques que peuvent engendrer son utilisation ;

4) L’hyper-connexion des individus ne cessera pas au cours des prochaines années, bien qu’une partie de la population restera à la marge de ce mouvement ;

5) L’ingéniosité humaine et les stratégies d’atténuation des risques rendront l’IoT plus sûr ;

6) Le manque de confiance dans les capacités humaines à anticiper les dangers des objets connectés et la violation de la vie privée imposera un mode de vie non connecté ;

7) Déconnexion ou non, les dangers de l’IoT sont perçus comme réels : les problèmes de sécurité et de vie privée seront amplifiés par la croissance rapide de ce marché.

[vc_video link= »https://www.youtube.com/watch?v=h5PRvBpLuJs » align= »center » css_animation= »fadeIn »]

Le smartphone, parfois considéré comme une prothèse cognitive, peut être assimilé à un objet de l’IoT. Sa sécurisation s’améliore à chaque nouvelle génération d’appareils, en même temps que les technologies de protection des réseaux. Gageons que la famille des objets de l’IoT suivront (on l’espère !) cet exemple, même si, bien sûr, le risque zéro n’existe pas !

Image d’en-tête par PRImageFactory 

A lire aussi

La communauté des leaders de l'innovation

Innovating in good company

Rejoignez-nous