Crowdfunding : Les banques veulent vous aider à financer l’énergie renouvelable

12 juillet 2018

Le crowdfunding dédié aux énergies renouvelables séduit de plus en plus. Cette épargne verte répond aussi bien aux exigences des particuliers engagés que des banques inspirées.

La Société Générale semble décidée à devenir un acteur incontournable de la transition écologique. Après avoir investi dans l’installation du parc éolien de Dungeon au Royaume-Uni, la banque a acquis en juin 2018 Lumo, une plateforme d’épargne participative spécialisée dans les énergies renouvelables pour un montant confidentiel.

Lancée en 2012, Lumo propose aux internautes d’investir dans des projets de production d’énergies renouvelables. Ils sont ensuite remboursés avec intérêts grâce aux revenus générés par la vente des énergies produites.

Installation de panneaux photovoltaïques sur le toit d’une école ou d’un parc éolien en campagne, les projets ne manquent pas. Lumo a déjà collecté cinq millions d’euros qui ont permis de financer plus de 40 projets. Ces derniers sont aussi bien portés par de grands groupes, à l’instar de Total, que des autorités administratives, comme la Commission de la régulation de l’énergie (CRE). Plus de 5000 personnes ont déjà participé à financer ces projets.

Éthique et transparente, l’épargne verte a le vent en poupe. Le nombre de plateformes ne cesse d’ailleurs de croître. Parmis les plus connues, on compte, à côté de Lumo, Lendosphere avec qui Allianz s’est associée, et encore Enerfip qui a signé un partenariat avec le Crédit Agricole afin de diffuser ses offres auprès de la clientèle de la banque.

Ces services parlent en effet à une clientèle en quête de sens et de transparence, qui préfère financer le développement du monde dont elle a envie plutôt que de laisser son argent dormir en banque. L’épargne verte permet en effet de financer des projets d’énergies renouvelables souvent rejetés par les banques. « En moyenne, les banques ne prêtent que 80% des sommes demandées. Le reste doit être financé par des fonds propres », explique Alexandre Raguet, directeur de Lumo.


Lire aussi : Le crowdfunding redynamise la construction immobilière

Les plateformes d’épargne verte assurent aussi aux citoyens et citoyennes une traçabilité de l’argent investi. Sur Lendosphère et Lumo, par exemple, les membres peuvent suivre leurs investissements depuis leur espace personnel et recevoir régulièrement des nouvelles du projet jusqu’à son terme. « Les citoyens en ont marre de placer leur épargne dans des produits d’épargne opaque. Sur Enerfip, les citoyens savent à quoi leur argent sert, il y a une véritable traçabilité de leur épargne », affirme Léo Lemordant, président et cofondateur d’Enerfip.

En s’associant à ces plateformes, les banques peuvent ainsi toucher une clientèle qui ne se reconnaît pas dans leurs valeurs et leurs façons de travailler. La Société Générale entend ainsi ouvrir « la voie à de nouveaux types de services digitaux, adaptés aux besoins et attentes des clients, tant entreprises que particuliers », explique-t-elle dans un communiqué.

Bien loin de se laisser déstabiliser par ces nouveaux entrants, les banques misent sur la collaboration afin de s’adapter au mieux à une clientèle qui change.

Image d’en-tête par narvikk

La rédaction HOW

par L'ADN

Linkedin

A lire aussi

La communauté des leaders de l'innovation

Innovating in good company

Rejoignez-nous