Blockchain : bouleversements en série à prévoir dans votre secteur !

11 septembre 2017

Les cryptomonnaies telles que le Bitcoin ou l’Ethereum représentent à ce jour une capitalisation de plus de 100 milliards de dollars. Elles se fondent sur la technologie de la blockchain, qui rebat les cartes du tiers de confiance et de l’intermédiaire. Tous les secteurs d’activité sont concernés, les banques et les services financiers en premier lieu. Tour d’horizon d’une perturbation en chaîne programmée.

Présente depuis 2008 au travers du « Bitcoin », la blockchain est passée du statut de concept à celui de technologie exploitable pour de nombreuses transactions au moment même où sont apparues les premières failles socio-économiques des modèles « Peer-To-Peer ». Pour remettre de l’ordre dans tout cela, il devient aujourd’hui tout à fait possible d’imaginer que la blockchain vienne à son tour bouleverser les business models nés de la génération Uber.

Prenez une base de données et un tiers de confiance

Ce qui crée l’aspect révolutionnaire de la blockchain, c’est pour partie son caractère « distribué » (via un mode de fonctionnement Peer-to-Peer en réseau). Une architecture n’appartenant à personne en particulier, et dont la moindre transaction est enregistrée puis stockée de façon irréversible.

Selon ce principe, il peut exister autant de blockchains que d’idées de business models s’apparentant à des réseaux sociaux d’intérêts communs. C’est ce qui en fait une passionnante plateforme d’ « open innovation ». Le tout avec un minimum de frais sur les transactions à proprement parler, puisqu’il n’y a pas d’intermédiaire au sein de ce système.

Pour le transfert de valeur, son caractère pseudonyme protège la confidentialité et lui donne des propriétés déjà appréciées pour les transactions en liquide. Cette technologie donne la garantie que toute création de valeur est enregistrée et que chaque unité n’est détenue que par une seule personne à un même moment, ce qui est la condition nécessaire à l’établissement d’une monnaie virtuelle.

Quand les blockchains se connectent entre elles

La blockchain peut être utilisée de plusieurs manières. Les cryptomonnaies représentent un premier niveau d’écosystème, celui qui héberge une valeur, la sécurise, « l’anonymise » comme de l’argent liquide, et la stocke dans des porte-monnaie que seuls les détenteurs peuvent consulter et utiliser. Sur la base de ce premier niveau, vont se créer des plateformes de marchés. Celles-ci peuvent être utilisées pour tous les échanges de biens, de services qui utilisent la cryptomonnaie en question.

Dans le domaine financier, ces plateformes d’investissement peuvent permettre de financer des startups ou d’investir des produits financiers via une blockchain, elle-même connectée à une cryptomonnaie.


Lire aussi : Adieu bitcoin, le futur appartient aux nouvelles cryptomonnaies

Pour aller plus loin, on peut même imaginer qu’une blockchain puisse être utilisée pour un usage privé, entre des professionnels afin de valider, stocker ou échanger des contenus de valeur dématérialisés (des documents notariés par exemple).

Des applications qui dépassent les modèles existants

L’association la plus évidente est celle de la blockchain avec les business models liés à la finance. Mais au vu de ses attraits, le principe de la blockchain peut être envisagé pour remplir d’autres objectifs, par exemple créer des réseaux de communication sécurisés et décentralisés en provenance des objets connectés qui sont de plus en plus nombreux. Ainsi, la blockchain permettrait de contribuer à un usage sécurisé de données en provenance de certains objets comme des capteurs, caméras, pluviomètres, thermomètres dont les maisons, les hôpitaux et autres bâtiments intelligents sont désormais équipés. Le tout pourrait être interconnecté, vérifié, chiffré afin de pouvoir être utilisé par des réseaux d’utilisateurs (assureurs, opérateurs de maintenance, organismes de santé,…).

La nécessité de ressources informatiques importantes

Le principal problème du principe de la blockchain est qu’elle requiert beaucoup de ressources informatiques, à la fois en puissance de calcul, en stockage et en réseau : chaque transaction est stockée dans un bloc qui sera mémorisé de façon irréversible. Pour être rapide et performante, la taille des blocs peut être un critère central mais les exigences ne sont pas les mêmes selon les industries, les volumes de transaction, les exigences de confidentialité et de traçabilité. L’optimisation des ressources informatiques reste encore un axe d’optimisation majeur pour cette technologie.

Comment intégrer la blockchain à votre entreprise ?

Pour une entreprise, le plus difficile est de « penser blockchain ». Mais, dès que les concepts sont expliqués, les idées et les projections applicatives ne manquent pas sur les sujets qui sont au cœur même de l’actualité : l’authenticité de l’origine des produits ou des informations, la lutte contre la fraude ou la contrefaçon, la protection de la propriété intellectuelle, etc… . L’intérêt de développer une plateforme blockchain repose sur plusieurs paramètres tels que la complexité des processus, le volume de données, la charge opérationnelle liée à la maintenance des systèmes actuels, la confidentialité et la sécurité, les aspects stratégiques ou règlementaires, l’émergence de consortiums ou de solutions de place dans votre industrie. Il est nécessaire d’évaluer les différents cas d’usage et d’investir de façon ciblée et réfléchie sur des prototypes. Mener cet exercice stratégique est essentiel pour garantir le temps d’avance nécessaire à la performance future de l’entreprise

Source : KPMG Digital Ledger Services
Image d’en-tête par Hitesh Choudhary

A lire aussi

La communauté des leaders de l'innovation

Innovating in good company

Rejoignez-nous