Cap sur 2030 : 10 prévisions sur l’avenir des moyens de paiements

17 décembre 2019

Les moyens de paiement ont considérablement changé ces dernières années. L’arrivée de nouveaux acteurs « non traditionnels » et les avancées technologiques rebattent les cartes et offrent une manière différente d’organiser et de gérer les systèmes de paiement. Ceux-ci deviennent plus rapides, plus simples et plus pratiques que jamais pour les consommateurs. Et  le rythme de cette transformation devrait continuer à accélérer. Onze chefs de file de l’industrie – dans des domaines tels que la banque, la technologie, la Fintech et la réglementation – ont partagé avec KPMG leur vision de l’avenir. Alors, à quoi ressemblera le monde des paiements en 2030 ?

1. Les États-nations lanceront leurs propres monnaies numériques
La croissance des crypto-monnaies a des conséquences inquiétantes pour les États souverains et les banques centrales, qui risquent de perdre le contrôle des flux financiers, ou encore leur capacité à poursuivre des objectifs économiques au moyen d’instruments de politique monétaire. Il est donc probable que d’autres pays suivent l’exemple de la Chine en lançant une monnaie numérique contrôlée par l’État.

2. Les régulateurs contrôleront les processus de paiement, plutôt que leurs fournisseurs
Les acteurs émergents (et nombreux) dans les paiements rendront les systèmes de réglementation actuels – construits autour d’un contrôle minutieux des activités des institutions – de moins en moins pertinents. Une collaboration au niveau international sera indispensable pour réguler les processus de paiement, maintenir la visibilité et la traçabilité des échanges, sans menacer l’innovation.

3. La chaîne de valeur des paiements sera construite sur des données

Dans le nouveau monde de l’open banking et des API, la valeur ajoutée des systèmes de paiement réside principalement dans les données transactionnelles plutôt que dans les transactions elles-mêmes. Ces données vont ouvrir de nouvelles opportunités (lutte contre la fraude, planification financière, etc.) et les organisations qui auront la capacité de les exploiter obtiendront un véritable avantage concurrentiel. Les outils de big data et d’intelligence artificielle deviendront alors les technologies les plus importantes du secteur.

4. Nous parviendrons à un consensus international sur la confidentialité des données
Renforcer la cohérence internationale des lois sur la protection des données et de la vie privée, et parvenir à un accord sur la confidentialité de ces données, seront des étapes essentielles pour en libérer la valeur. Les règles et les décisions qui devront être prises seront conduites dans le contexte plus large du débat sur le protectionnisme et le libre-échange, compte tenu du pouvoir des géants de la tech américains et chinois.

5. La majorité des citoyens du monde auront leur propre identification numérique activée par biométrie

Si dans certains pays les citoyens peuvent effectuer des transactions librement et facilement, dans d’autres, la difficulté à vérifier l’identité des individus crée des frictions dans les systèmes de paiement. Ces obstacles disparaîtront à mesure que les États et les prestataires de services de paiement collaboreront pour établir des normes d’identité numérique reconnues au niveau international, en exploitant de plus en plus la biométrie et notamment la reconnaissance faciale, les empreintes digitales et les implants.

6. La technologie des paiements réduira l’exclusion financière
L’utilisation du paiement mobile dans de nombreux pays émergeants a déjà permis de faire un grand pas dans la lutte contre l’exclusion financière. Combinées au développement de l’identité numérique, les leçons tirées de cette expérience permettront aux acteurs du paiement d’offrir l’accès aux services financiers de manière plus large. Notamment aux particuliers et aux petites entreprises.

7. L’expérience sociale convergera avec la technologie des paiements
Le social représente un autre domaine dans lequel les marchés occidentaux tireront les enseignements de leurs homologues des économies émergentes. La convergence des médias sociaux et des services de paiement, déjà bien implantée en Chine avec WeChat, s’étendra à l’international. Cela créera de nouvelles opportunités pour les prestataires de services de paiement et leurs clients.

8. La blockchain offrira un réseau de paiement à haute vitesse connecté au monde
Le cloud computing et les API permettront à la blockchain de créer des réseaux transfrontaliers à haut débit à travers duquel les paiements circuleront sans entrave, tout comme l’information circule actuellement sur le Web. La majorité des paiements seront effectués via ces blockchains, qui seront en grande partie gérés par des organisations privées du secteur bancaire ou quasi-bancaire.

9. Les paiements en temps réel deviendront la norme, même pour les transactions transfrontalières
Les blockchains vont dissoudre les frontières entre les systèmes de règlement nationaux, rendant les paiements transfrontaliers instantanés. Cela commencera à avoir des impacts fondamentaux, notamment sur la liquidité bancaire. En effet, les institutions ne seront plus obligées de conserver des réserves pour faire face à des paiements lents et de grande valeur.

10. Les écosystèmes de paiement évolueront à partir de la collaboration entre les nouveaux entrants et les opérateurs en place
Sur le marché hautement réglementé des services financiers, où les paiements constituent une source potentielle de risque systémique, les Fintechs devront et voudront travailler aux côtés des partenaires bancaires. Ensemble, ils créeront de nouveaux écosystèmes de paiement dans lesquels chacun aura un rôle à jouer.

La rédaction HOW

par L'ADN

Linkedin