Comment créer un écosystème propice à l’innovation dans un grand groupe

20 mars 2019

Comment un grand groupe industriel s’adapte-t-il à un monde en constante évolution ? Smart city, smart mobility, smart building, smart entertainement… A l’heure où la ville entière devient intelligente, nous avons rencontré Christophe Lienard, Directeur de l’Innovation Groupe chez Bouygues, pour nous en dire plus sur les dispositifs mis en œuvre au sein de l’entreprise.

HOW : Comment l’innovation est-elle organisée chez Bouygues ?

Christophe Lienard : Elle est d’abord alignée sur l’organisation du groupe. Celui-ci est composé de cinq métiers : trois dans la construction – Bouygues Immobilier, Bouygues Construction et Colas pour les infrastructures routières – ainsi que TF1 et Bouygues Telecom. Nous avons monté avec eux deux dispositifs : un Comité Stratégie et Innovation et un Comité Open Innovation Groupe, élargi, qui nous permettent à la fois de réfléchir ensemble et d’être opérationnels.

Avec eux, nous avons identifié 4 grandes tendances qui vont affecter nos métiers au global. Premièrement, la transition écologique. Nous sommes convaincus qu’une entreprise n’existera pas demain si elle n’a pas véritablement pris la mesure de cette transition, en particulier dans le domaine de la construction, qui a une empreinte carbone forte.

Deuxièmement, le vieillissement de la population et l’urbanisation. Elle influe fortement sur la manière dont on va construire les logements de demain et comment l’on reconfigurera certains quartiers pour permettre aux seniors de demeurer plus longtemps chez eux.

Troisièmement, le passage d’une économie de la propriété à une économie du partage. A l’exemple de Blablacar ou de Nextdoor, les pratiques évoluent. Elles touchent aujourd’hui les professionnels et les étudiants mais on peut imaginer que les seniors seront également concernés demain.

Enfin, la transformation digitale, déjà bien avancée. Ces 4 tendances nous ont permis d’identifier avec chacun de nos métiers une stratégie pour les années à venir, en définissant pour chacune les technologies sur lesquelles nous appuyer pour accompagner chacune de ces évolutions.

HOW : Quelles sont les principales technologies concernées par ces tendances ?

La première d’entre elle et la plus importante est l’intelligence artificielle. Nous avons rejoint en juillet dernier le collectif Impact AI, qui étudie l’impact de l’IA sur la santé, le travail et l’éthique. Avec 28 autres entreprises telles que Microsoft, AXA ou Orange, nous avons réalisé une enquête IFOP sur la notoriété et l’image de l’intelligence artificielle auprès des Français, et notamment des salariés.

Les résultats nous ont surpris : alors que nous nous attendions à un retour négatif, plus de 60% des sondés se sont déclarés favorables à l’IA… même si beaucoup n’en voient pas les applications concrètes dans leur vie quotidienne ! Nous travaillons pourtant déjà sur 70 cas d’usage à l’échelle du groupe. L’avance technologique de Bouygues Telecom nous permet notamment d’accélérer le développement de l’IA et des chatbots à l’échelle du groupe.

Parmi les autres technologies identifiées, la blockchain nous apporte une nouvelle manière de concevoir la sécurisation et la transparence de l’information, par exemple lors de la signature de contrats ou l’échange d’énergies. Nous nous servons ainsi de la blockchain pour assurer la traçabilité de l’énergie verte, de sa production à sa consommation, sur le site de Lyon Confluence.

L’IoT et le Big Data ont également vocation à transformer nos usages : on parle de 20 milliards d’objets connectés en 2020 ! L’une de nos équipes travaille donc sur l’arrivée de la 5G au travers des verticales smart mobility, smart building, smart quartier, smart city, smart entertainement, smart farming, smart medecine… Pour chaque cas, nous créons l’écosystème adapté au nouvel usage.

HOW : Sur quels dispositifs vous appuyez-vous pour innover en interne ?

Afin de mieux utiliser l’intelligence collective, nous avons créé le programme d’intrapreneuriat Innover comme une startup. La première saison était dédiée au « bâtiment hybride à économie positive », la deuxième à « repenser la ville », la troisième porte sur « la ville productive ». Une cinquantaine de participants issus des 5 métiers du groupe ont participé à chaque édition. Concrètement, ce programme nous permet de lancer entre 5 et 7 projets en 6 mois.

Pour qu’un projet soit retenu, il doit passer devant notre action tank – une sorte de jury qui se réunit tous les 2 mois. A partir du moment où deux métiers du groupe trouvent l’idée intéressante, il passe en phase de maturation : nous nous engageons dès lors à dédier au moins un collaborateur à temps plein au projet. Il revient ensuite une deuxième fois devant le jury pour rentrer dans la phase dite d’accélération.

La saison 2 a ainsi vu éclore le projet Flexy Moov, porté par une collaboratrice de Bouygues Telecom. Cette spin-off de notre groupe permet d’immobiliser des places de parking dans les résidences ou entreprises pour mettre à la disposition des occupants des solutions de déplacement vertes. Il peut s’agir de vélos électriques, de trottinettes électriques, de scooters électriques, de voitures électriques… avec une réservation sur smartphone. Ce service apporte à la fois de la valeur au bâtiment et une valeur d’usage.

Grâce à ces programmes, nous entendons nous focaliser en priorité sur les nouveaux business, plutôt que la seule amélioration de l’existant. Notre organisation nous permet de déployer efficacement les plus gros projets ; l’intrapreneuriat nous aide à renforcer notre souplesse et notre agilité.

La rédaction HOW

par L'ADN

Linkedin

A lire aussi

La communauté des leaders de l'innovation

Innovating in good company

Rejoignez-nous