Freelancing : le boom des sociétés de services

5 décembre 2018

Le nombre de freelances explose en France, et avec lui, celui des sociétés de services qui développent des offres spécialisées à leur destination.

On compte aujourd’hui 830 000 freelances en France : c’est 126% de plus qu’il y a 10 ans. Le statut micro-entrepreneur (ex « auto-entrepreneur ») créé en 2008 pour simplifier la gestion administrative a également permis de minimiser les risques au lancement de l’activité, attirant un nouveau public. Celui-ci vient renforcer les rangs des actifs indépendants traditionnels (professions libérales, chefs d’entreprises dont les artisans et commerçants), déjà 2,6 millions, et génère un nouveau marché pour les prestataires de service.

Malt, Upwork, YOSS, Crème de la Crème, Side, Fiverr : les plateformes de mise en relation entreprises/freelances se multiplient en France depuis 3 ans. Certaines misent sur des marchés spécialisés, comme les freelances étudiants, les métiers du digital ou les micro-missions à partir de 5€, mais toutes ont tendance à élargir leur cible d’année en année, misant sur l’augmentation du nombre de transactions sur leur site. Le processus de mise en relation varie, plusieurs plateformes proposant aux entreprises de déposer leurs appels d’offre – aux freelances d’y répondre – quand d’autres se présentent comme une base de profils à contacter directement. Le modèle économique reste souvent le même, basé sur une commission prélevée par la plateforme sur chaque mission réalisée.

Les sites de mise en relation ne sont pas les seuls à profiter de cette nouvelle économie. Les prestataires de services de santé, de prévoyance, de banque, de formation, de coworking ou encore d’expertise comptable spécialisés pour les indépendants ont également le vent en poupe. Aux côtés des acteurs historiques, comme Harmonie Mutuelle ou Axa qui ont lancé cette année des offres de prise en charge et d’assurance de responsabilité civile spécialement conçues pour les freelances, des start-ups se sont créées pour répondre aux nouveaux besoins : Shine propose ainsi un tableau de bord simplifié pour gérer ses revenus et payer ses taxes, tandis que Wemind propose des tarifs de santé négocié et l’équivalent d’un comité d’entreprise.

Dans un souci de simplification et de visibilité, des groupements de services apparaissent, tels que l’initiative Sésame lancée conjointement par les start-ups Malt (plateforme), Qonto (néobanque) et Alan (mutuelle) en septembre. Celle-ci a pour but de rassembler en un même lieu leurs offres et celles de leurs partenaires : OpenClassrooms, Ironhack, Copass et L-Expert-comptable.com. Une façon de se différencier sur un marché de plus en plus concurrentiel, d’autres plateformes ayant déjà développé des offres servicielles similaires, à l’instar de YOSS, qui bénéficie de l’appui notable des groupes Adecco et Microsoft.

Prochaine étape : l’international. Avec 9 millions de freelances en 2016, soit 45% de plus qu’en 2004, l’ensemble de l’Union Européenne est touchée par le phénomène. La simplification administrative impulsée par le Small Business Act de 2008 a contribué à doubler ou tripler leur nombre selon les pays. Un marché à prendre.

La rédaction HOW

par L'ADN

Linkedin

A lire aussi

La communauté des leaders de l'innovation

Innovating in good company

Rejoignez-nous