Google et Baidu misent sur le même futur : les véhicules intelligents

6 juillet 2018

Les deux plus gros moteurs de recherche au monde misent sur la mobilité. Alors que Google dévoile un investissement supplémentaire dans les trottinettes électriques de Lime, Baidu annonce la date de mise en circulation de ses minibus.

Pour Alphabet, la maison-mère de Google, et Baidu, les moteurs de recherche, c’est le passé. Les deux géants semblent persuadés que la prochaine révolution numérique aura lieu dans la mobilité intelligente et se positionnent déjà sur ce secteur.

Le Financial Times a appris le 1er juillet 2018 qu’Alphabet avait participé à la levée de fonds de 300 millions de dollars de Lime, la startup de trottinettes électriques. C’est la deuxième fois que Lime lève des fonds auprès d’Alphabet. La société avait déjà obtenu 350 millions de dollars auprès de Google Ventures et du célèbre fonds de capital risque américain, Andreessen Horowitz. Avec ce nouveau tour de table, la valorisation de Lime passerait donc à 1,1 milliard de dollars.


Lire aussi : Les services de mobilité doivent-ils vraiment discuter avec les villes ?

C’est loin d’être un coup d’essai pour Alphabet. Depuis une dizaine d’années, le groupe montre un vrai intérêt pour les smart cities et la mobilité. En plus d’avoir investi régulièrement dans des startups de mobilité, comme Uber ou Lyft, elle a développé des programmes en interne. Son entité dédiée à la ville du futur, SideWalk Labs, basée à Toronto, réfléchit à des solutions pour améliorer l’efficacité des transports et réduire la consommation d’énergie. Alphabet a aussi été l’un des premiers à investir dans la voiture autonome via sa filiale Waymo.

Le Google chinois, Baidu, adopte une stratégie similaire. Le premier site de Chine a annoncé le 3 juillet 2018 l’entrée en production de masse d’un minibus autonome de niveau quatre, appelé Apolong. Le niveau quatre signifie que ce véhicule ne pourra circuler que dans des environnements contrôlés : lieux touristiques et aéroports par exemple. 100 véhicules sont déjà sortis d’usine grâce à un partenariat avec le fabricant chinois King Long. Ils seront mis en circulation dans plusieurs villes de Chine, comme Beijing, Shenzhen, Pingtan et Wuhan. Baidu compte déployer ses bus de 14 places assises à l’étranger rapidement, en commençant par Tokyo en 2019.

Baidu n’a pas vocation à devenir fabricant de voitures, le projet Apolong a surtout pour ambition de montrer l’utilité et l’efficacité de son logiciel Apollo. Il s’agit d’une plateforme ouverte de conduite autonome sur laquelle le groupe Baidu travaille depuis des années, persuadé qu’elle permettra à la Chine de devenir le pays leader en développement de véhicules autonomes. Apollo est déjà utilisée par 116 partenaires donc Jaguar Land Rover, Valeo, Byton, Leopard Imaging et Suning Logistics.

Baidu et Google partagent une ambition commune : diversifier leurs sources de revenus en se positionnant sur les technologies qui exploseront dans le futur et trouver des modèles économiques qui ne dépendront pas de la publicité mais de l’utilisation des clients.

Nous saurons bien vite qui seront les leaders des transports intelligents.

Image d’en-tête par Lime

La rédaction HOW

par L'ADN

Linkedin

A lire aussi

La communauté des leaders de l'innovation

Innovating in good company

Rejoignez-nous