Google Pay disponible en France : un lancement en demi-teinte

18 décembre 2018

Trois ans après son lancement aux Etats-Unis, le portefeuille électronique Google Pay est désormais disponible en France.

Payer sans contact… et désormais sans carte : c’est la promesse de l’application Google Pay, disponible sur Android en France depuis le 11 décembre. Après Apple Pay en 2016 et Samsung Pay en avril 2018, Google lance à son tour sa solution de paiement par smartphone, utilisable en ligne ou chez les commerçants équipés de terminaux sans contact. L’application réunit les apps  Android Pay et Google Wallet et ne prend pas de commission sur les transactions (contrairement à son concurrent Apple Pay).

Google Pay permet aux utilisateurs d’un smartphone Android équipé de la technologie sans contact NFC (soit la majorité des appareils récents) de pré-enregistrer leurs cartes sur un portefeuille électronique afin de régler leurs achats en aposant directement leur smartphone sur le terminal sans contact. Comme pour les cartes, les paiements ne nécessitent pas de code de déverrouillage en dessous de 30€.  Les utilisateurs peuvent enregistrer plusieurs cartes de paiement, notamment MasterCard ou Visa, mais également leurs cartes de fidélité, leurs bons d’achat, des tickets restaurant et des billets d’avion ou de spectacle.


Lire aussi : Préféreriez-vous perdre votre portefeuille ou votre téléphone ?

Le hic : la méthode de paiement n’est disponible qu’auprès des partenaires de Google Pay. Pour le moment, seules les néobanques Boursorama, N26 et Revolut sont concernées en France, ainsi que les plateformes de paiement en ligne Boon, Endenred et Lydia. Les banques BNP Paribas et Société Générale (maison-mère de Boursorama Banque) ont indiqué étudier la solution, Google Pay leur proposant notamment d’intégrer son service de paiement par smartphone dans leurs propres applications mobile.

A terme, Google Pay devrait permettre d’envoyer de l’argent entre proches, d’associer un compte PayPal, de payer ses trajets en transport en commun ou encore de télécharger l’application sur iPhone, des fonctionnalités déjà présentes aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni. Le géant américain devra cependant convaincre les consommateurs français d’adopter cette nouvelle méthode de paiement – seules 0,03% des opérations effectuées en magasin sont aujourd’hui réglées par mobile – et faire face aux suspicions des internautes en termes de sécurisation et de gestion des données personnelles.

La rédaction HOW

par L'ADN

Linkedin

A lire aussi

La communauté des leaders de l'innovation

Innovating in good company

Rejoignez-nous