Les grandes enseignes de bricolage s’allient à des startups pour vous aider à monter vos meubles

20 septembre 2018

Nouveaux arrivants de la gig economy, les services d’aide à la personne dans le secteur du bricolage deviennent une véritable tendance. Un succès que les grandes enseignes prennent au sérieux et dont elles veulent profiter pour augmenter leurs ventes.

Vous vous êtes promis de réparer ce robinet qui goutte depuis des mois mais vous n’avez pas le temps ou ne savez pas comment vous y prendre ? Et si vous demandiez à quelqu’un d’autre de vous aider ? Depuis quelques années, des startups françaises ont décidé de copier le modèle de la célèbre plateforme américaine TaskRabbit en mettant en relation des particuliers pour des petits travaux à domicile, assurés et déclarés.

Ces nouveaux arrivants de la gig economy connaissent un succès grandissant… et les grandes enseignes de bricolage sont bien décidées à surfer sur la vague de leur succès en nouant des partenariats stratégiques avec ces acteurs.

Aux Etats-Unis, où cet usage est bien plus développé qu’en France, Ikea n’a pas pris le sujet à la légère. Le géant suédois s’est offert la startup TaskRabbit, figure de proue de la gig economy depuis son lancement en 2008. Si le montant de la transaction reste inconnu, on peut néanmoins supposer qu’Ikea a dû acheter la startup californienne à prix d’or : avant son rachat, l’entreprise était valorisée à 120 millions de dollars. Un bel investissement qui lui permet d’hériter des 60 000 particuliers qui accomplissent des « tâches » pour  TaskRabbit. Le service d’aide à domicile est directement proposé dans les magasins américains de l’enseigne lors du passage en caisse des clients, comme l’explique Le Monde.

En France, aucune entreprise n’a encore réussi à s’imposer comme TaskRabbit, elles sont donc plusieurs à se partager le secteur, laissant donc aux grandes enseignes du bricolage le choix des startups avec qui s’associer.

En juin 2018, l’enseigne Bricomarché, spécialisée dans l’équipement de maison, a annoncé sa collaboration avec la startup française Youpijob. La plateforme est désormais disponible dans les magasins de la chaîne. Les clients peuvent en effet établir un devis directement en magasin grâce aux smartphones et tablettes mis à disposition ou sur le site de Bricomarché.

Plus tôt le même mois, l’enseigne Castorama a annoncé s’associer à Needelp, plateforme lancée en 2014. Grâce à cette collaboration, Castorama propose désormais à ses clients un service d’aide à domicile disponible en seulement 24h.

Et cela ne pourrait être que le début des annonces puisque d’autres startups sont positionnées sur le secteur comme la startup associative Lulu dans ma rue qui propose un service de « conciergerie de quartier » entre particuliers. Ces derniers peuvent se rendre tout type de services, dont les petits travaux de bricolage.  


Lire aussi : Phygital : non, les clients ne veulent pas de bornes multimédia !

En collaborant avec ces jeunes entreprises d’aide à la personne, les grandes enseignes souhaitent améliorer l’expérience de leurs clients en leur offrant un large éventail de services variés. « Nous n’avons pas forcément les bons outils, pas le temps de revenir [en magasin] trois fois pour avoir un conseil, ou encore moins les moyens de faire appel à un professionnel qui a un véritable savoir-faire pour des travaux plus importants. Pourtant, de nombreux particuliers ont les compétences… et ces petits travaux de pose sont accrédités services à la personne », explique Bertrand Tournier fondateur de YoupiJob à Maddyness.

Les clients ne sont pas les seuls à gagner de l’ajout de ces nouveaux services.  « L’enjeu, c’est d’apporter plus de services, toujours plus de services pour les clients et cela pourrait également générer du chiffre d’affaires supplémentaire », affirme Frédéric Boullé, directeur de la Relation Client chez Castorama.

Pour se démarquer de la concurrence du e-commerce, les entreprises de retail proposent désormais de véritables expériences d’achat. Les Apple Stores, par exemple, se diversifient en proposant les programmes Today At Apple qui permettent aux clients de se familiariser avec les outils numériques. D’autres entreprises se positionnent sur l’accompagnement à l’achat, que ce soit l’apprentissage de l’utilisation des tailles-haies grâce à la réalité virtuelle chez Lowe’s ou l’ajout de divertissement avec le « retailtainment ». Le retail a encore beaucoup à prouver.

Image par Matt Antonioli

La rédaction HOW

par L'ADN

Linkedin