HealthTech, FinTech, Hardware : ces 10 femmes vont faire la tech en 2018

25 janvier 2018

StartHer, l’association qui soutient les femmes dans la tech et l’entreprenariat, publie la 5ème édition des “10 femmes dans la Tech qui marqueront 2018”.

Elles combattent le cancer, aident les personnes réfugiées, encouragent l’entreprenariat, font parler les robots, motivent les plus jeunes à entreprendre, relancent l’économie locale, repensent l’éducation… toutes avec un outil commun : la technologie.

Plus que des entrepreneuses, ces femmes ont des allures d’alchimistes du 21ème siècle. Quand hier encore on cherchait à transformer le métal en or, elles transforment la tech en solutions.

Mais ces dernières font encore office d’exception dans le paysage de l’entreprenariat français.

La dernière édition du baromètre StartHer KPMG démontre en effet que moins d’une startup sur sept ayant levé des fonds en 2017 est dirigée ou codirigée par une femme. Nicolas Beaudoin, directeur du développement KPMG Paris et Centre, confie dans l’édito qui accompagne les résultats que ce chiffre « reste loin des 30% souvent évoqués au niveau de la création d’entreprise ».

Pour encourager et promouvoir ces entreprises, StartHer a réalisé pour la 5ème année consécutive sa liste des 10 femmes qui entreprennent dans les nouvelles technologies et qui marqueront 2018. Les voici :

Clémence Franc, cofondatrice & CEO, Novagray

Clémence Franc a fondé Novagray, une Montpelliéraine qui a développé une nouvelle génération de tests compagnons d’aide à la planification de la radiothérapie. L’entreprise permet ainsi aux praticiens et praticiennes d’adapter précisément la dose et le séquençage des séances au profil du patient, augmentant ainsi l’efficacité du traitement.

Elle a aussi été classée dans la liste des innovateurs de moins de 35 ans par MIT.

Joséphine Goube, CEO, TechFugees

Techfugees est une organisation à but non-lucratif qui coordonne une communauté d’acteurs de la tech internationale pour répondre aux besoins des personnes réfugiées. Lancée en 2015 à Londres, TechFugees réunit aujourd’hui plus de 20 000 personnes dans vingt-cinq villes à travers le monde autour de conférences, hackathons, rencontres ou sessions de travail.

A 29 ans, la CEO a aussi fait partie, deux années consécutives, du classement « 30 under 30 » de Forbes…

Barbara Belvisi, cofondatrice, Hardware Club

Le Hardware Club se définit comme « la plus grande et la plus sélective des communautés hardware à l’international ». En mutualisant l’expérience, le savoir-faire et les réseaux de chaque membre de l’élite du hardware, ce fonds hybride, qui a déjà levé 25 millions d’euros l’année dernière a permis le développement de startups comme Lima, Aryballe et Reach Robotics.

Loubna Ksibi, cofondatrice, Startup Banlieue

A 25 ans, Loubna Ksibi a cofondé Meet My Mama, une startup ayant pour mission de détecter, valoriser et libérer les talents culinaires de femmes au foyer issues des migrations ou réfugiées ». Elle est également la fondatrice de Startup Banlieue, une initiative visant à motiver l’entreprenariat en banlieue.

Sharon Sofer, fondatrice & présidente, Startup For Kids

Fondatrice de sa propre startup Scientibox, Sharon Sofer s’est orientée naturellement vers l’entreprenariat pour les plus jeunes. Elle a créé Startup for Kids, une initiative qui permet aux enfants de se familiariser aux nouvelles techniques, sciences et technologies au travers de plusieurs événements et projets gratuits (ateliers, sessions de programmation, hackathons, conférences…). Une femme qui cultive des graines de startups dès le berceau.

Jasmine Anteunis, cofondatrice, Recast.ai

Recast.ai est une startup spécialisée dans les chatbots. Après avoir levé 2 millions d’euros en 2017 et intégré le programme d’intelligence artificielle de Microsoft à Station F, la jeune pousse a récemment été rachetée par SAP pour un montant estimé à plusieurs dizaines de millions d’euros. Un pari gagnant pour cette entrepreneuse passée par l’école 42.

Clara Gaymard, cofondatrice, RAISE

Ancienne Directrice France de General Electric, elle est cofondatrice du fonds RAISE qui entend créer « un écosystème performant, bienveillant et citoyen ». En septembre, ils ont annoncé le lancement de RAISE Venture, avec l’objectif de lever 100 millions d’euros pour soutenir les startups en France et en Europe.

Anaïs Barut, cofondatrice & CEO, Damae Medical

A 24 ans, Anaïs Barut est cofondatrice et CEO de Damae Medical. La startup offre aux dermatologues un système d’imagerie médicale innovant capable de générer en temps réel des images de l’intérieur des anomalies de la peau, à l’échelle cellulaire, par simple contact avec le tissu. Sans avoir recours à une biopsie, les praticiens pourront ainsi détecter une pathologie de la peau avant même que les premiers signes de la maladie ne se soient manifestés en surface. Une avancée majeure lorsque l’on sait qu’un cancer diagnostiqué sur trois est un cancer de la peau.

Anna Stépanoff, cofondatrice & CEO, Wild Code School

Passionnée de tech et d’éducation, Anna Stépanoff, ancienne d’Harvard et de l’ENS, a réuni ses deux passions en fondant la Wild Code School. L’école forme des développeurs et développeuses Web ou mobile en 5 mois à Paris, Lyon, Lille, Bordeaux, Toulouse, Strasbourg, Reims, Orléans et La Loupe.

Elsa Hermal, cofondatrice & CEO, Epicery

En 2016, Elsa Hermal a cofondé Epicery, une application qui permet de commander chez les commerçants du coin et se faire livrer des produits frais dans l’heure. Presque un an plus tard, la startup a déjà fait deux levées de fonds, dont une avec Monoprix. Le local est prêt à devenir global…

La rédaction HOW

par L'ADN

Linkedin

A lire aussi

La communauté des leaders de l'innovation

Innovating in good company

Rejoignez-nous