Heureux comme un startupper en Europe

12 juin 2017

En matière de start-up et d’écosystème high tech, l’Europe n’a rien à envier à la Silicon Valley, à en croire le World Economic Forum.

Halte à la morosité ! L’Europe propose un climat bien plus clément que celui de la Silicon Valley pour les créateurs de startup. L’argument, développé au sein d’un récent rapport, a d’autant plus de poids qu’il émane d’un organisme peu enclin à l’europhilie, le World Economic Forum.

Bien sûr, les Etats-Unis (et notamment la Silicon Valley) restent toujours une terre plus favorable à l’éclosion des Licornes (ces sociétés – non cotées – dont la valorisation atteint au moins le milliard de dollars) selon les derniers pointages de CB Insight qui en recense 105 sur le continent américain contre 19 en Europe. Il n’empêche, les candidats à la création d’entreprise trouvent en Europe un écosystème bien plus favorable à l’épanouissement de leur projet. Elles bénéficient de conditions de financement plus favorables pour lever des capitaux publics et/ou privés, mais également d’un vaste marché, de plus de 740 millions d’habitants.

Même le morcèlement de l’Europe en une multitude d’Etats apparaît comme un atout aux yeux des experts interrogés par le WEF, permettant à une startup de lancer son innovation sur son marché domestique avant de s’internationaliser progressivement. C’est d’autant plus vrai pour celles qui voient le jour au sein de « petits » pays (en matière de démographie), comme la Slovaquie et ses 5,5 millions d’habitants, où l’export apparaît vite comme une obligation. Ainsi, aux Pays-Bas, en Scandinavie ou dans les Pays Baltes, les nouvelles technologies pèsent déjà plus de 8% du PIB.

 

A lire aussi

La communauté des leaders de l'innovation

Innovating in good company

Rejoignez-nous