L’accélération des transformations, ou l’innovation comme nécessité

La contrainte a toujours été le serviteur le plus généreux de l’innovation, pas étonnant donc que l’industrie en soit le lit le plus prospère.

Du début du XIXème siècle à la fin des années 1970, le monde a connu trois révolutions industrielles, liées au développement du charbon (début du XIXème siècle), puis du pétrole (début du XXème siècle) et enfin de l’électricité. Toutes trois ont provoqué en leurs temps des transformations importantes des modes de production et d’organisation de la société elle-même.

Les transformations initiées avec la 4ème révolution industrielle, la révolution digitale, s’accompagnent d’une accélération sans précédent. Moins de 20 années auront ainsi été nécessaires pour voir se généraliser des innovations de rupture telles que le téléphone portable, l’internet fixe et l’internet mobile, auxquelles des innovations plus radicales encore emboitent désormais le pas : développement de l’intelligence artificielle, du véhicule autonome, de la production et du stockage décentralisé de l’énergie électrique.

Dans cette compétition sans frontières, l’innovation constitue la seule stratégie possible pour toute entreprise industrielle qui souhaite conserver son leadership. Ainsi, les ambitions d’Elon Musk, dans le domaine spatial, automobile ou ferroviaire, forcent, sous la contrainte, les grands acteurs industriels traditionnels à se remettre en cause et à innover. Il en résulte des mutations majeures pour la société et les entreprises. Le champ d’action de cette dernière est à appréhender dorénavant au plan mondial ; de nouveaux services se développent, la relation clients/fournisseurs tout comme la relation collaborateurs/entreprises ou encore le lien produits/services sont amener à être refondés.

Ainsi, cette révolution touche non seulement le produit lui-même, qui se réinvente à un rythme accéléré, mais aussi l’ensemble des grands processus de l’entreprise (de la conception à la vente en passant par la production et la maintenance). La collecte et l’analyse de données ouvrent également de nouvelles perspectives en matière de productivité et plus généralement d’excellence opérationnelle, de réduction de coûts, de time-to-market et de personnalisation du produit.

Qu’elle soit incrémentale ou de rupture, la mise en œuvre de l’innovation nécessite une refondation de l’organisation de nos entreprises industrielles, pour rendre réactive et adaptative l’ensemble de la chaine de la valeur du secteur (conception-production-maintenance-vente).

De plus, l’innovation de rupture est devenue le cœur de la mission des Directeurs de la Stratégie, qui trouvent, dans l’univers des start-up, une source irremplaçable d’inspiration et de créativité pour refonder le lien entre le client, le produit et les services associés. Ainsi, dans le but de densifier et de favoriser cette relation start-up/grands comptes, l’innovation ouverte constitue une réponse agile pour des industriels toujours en quête de croissance et de transformation (digitale notamment).

Tous ces changements sont une véritable opportunité pour notre tissu industriel, car ils offrent des perspectives de croissance nouvelles à notre économie, relativisant l’éternel débat national sur le poids du coût du travail dans le prix de revient des produits manufacturés.

Image d’en-tête de Rawpixel

A lire aussi

La communauté des leaders de l'innovation

Innovating in good company

Rejoignez-nous