Avec Instacart, vos voisins font vos courses

6 juillet 2017

En pariant sur le crowdsourcing et sur les nouvelles technologies (dont le data analytics), Instacart semble avoir trouvé la formule gagnante dans la course à la livraison de produits alimentaires à domicile.

L’idée d’Instacart est simple : un voisin, appelé personal shopper, réalise vos courses au sein du supermarché partenaire le plus proche et vous les livre dans l’heure. La startup, qui dispose de 135 distributeurs partenaires (tels que Whole Foods ou Costco) ne dispose ni d’entrepôts ni de flotte de livraison, comptant sur ses coursiers – pour la plupart indépendants – pour répondre aux demandes de ses utilisateurs.

Pour tenir sa promesse, Instacart exploite au maximum les données collectées auprès de ses utilisateurs. D’abord pour repérer les personal shoppers les plus proches du domicile de ses clients, puis pour calculer et afficher l’itinéraire le plus court vers le supermarché sélectionné et enfin, déterminer le parcours client en magasin le plus optimal, le tout pour satisfaire la livraison dans l’heure.

Et cela fonctionne ! La startup lancée en 2012 par Apoorva Mehta, un ancien ingénieur d’Amazon, a récemment levé 400 millions de dollars auprès d’investisseurs de renom dont Andreessen Horowitz, portant à plus de 660 millions de dollars le montant total investi dans la société. Valorisée à plus de trois milliards de dollars, la licorne poursuit son expansion sur le territoire américain avec pour objectif de toucher 60 états d’ici fin 2017 contre 18 seulement en 2016 et 35 actuellement. Le marché de la consommation alimentaire à domicile aux Etats-Unis est estimé à plus de 727 milliards de dollars par le ministère américain de l’Agriculture.

Bien que porté par des revenus tirés par les frais de livraisons payés par ces clients, le pari de la startup n’est cependant pas encore complètement gagné car contrairement à Walmart par exemple, Instacart ne peut jouer sur les volumes des produits commandés pour faire baisser les prix. De plus, le récent rachat de Whole Foods par le géant Amazon pour plus de 13 milliards de dollars pourrait faire de la jeune pousse une victime collatérale. Amazon, qui repousse sans cesse les limites de la livraison à domicile, privilégiera-t-il l’affrontement ou la collaboration ? Affaire à suivre !

A lire aussi

La communauté des leaders de l'innovation

Innovating in good company

Rejoignez-nous