Kodak avait raté la révolution internet, elle ne ratera pas la révolution blockchain

10 janvier 2018

Loin des buzzwords, Kodak dévoile sa stratégie blockchain pour sécuriser les droits des photographes. Une réponse à un problème rencontré par tous et toutes les ayant-droits.

Hier, Kodak a dévoilé un plan ambitieux et audacieux pour aider les photographes à contrôler leur droit des images grâce à la blockchain. Sur la plateforme KodakOne, les photographes pourront stocker dans la blockchain leurs archives et nouvelles photos. Les photographes pourront en céder les droits à des médias ou des entreprises en toute confiance en utilisant la cryptomonnaie émise par Kodak, le KodakCoin.

KodakOne pourra alors se transformer en policier de l’internet et vérifier que toutes les photos présentes sur sa plateforme ont bien été payées. Un logiciel ratissera en effet le web à la recherche des images utilisées sans avoir payé la licence. Le service s’engage à aider les photographes à recouvrir leurs droits.

Le KodakCoin sera lancé le 31 janvier prochain. Il sera émis par Kodak qui recycle ainsi les énormes génératrices d’électricité héritées de son glorieux passé industriel, mais pas que.

En effet, plus tard, sur son stand au CES, l’entreprise a dévoilé la Kodak KashMiner, un boitier permettant à n’importe qui de miner des bitcoins ou des KodakCoins. Fruit d’une licence de marque avec Spotlite, un fabricant d’équipements pour miner les cryptomonnaies, cette machine sera disponible à la location.

S’il y avait bien une entreprise qu’on n’attendait pas sur l’innovation, c’est Kodak. Un temps numéro un mondial de la photographie, l’entreprise américaine vieille de 130 ans est depuis devenue un modèle d’entreprise coincée dans le passé. Parce qu’elle n’avait pas cru au numérique, l’entreprise a connu une descente en enfer. Son action a chuté de 90% depuis sa sortie du dépôt de bilan en 2013.

Entre midi, heure de l’annonce, et la clôture à Wall Street à 16h, le titre a pris 117, 6 %, passant de 3,10 dollars à 6,85. Et l’ascension s’est poursuivie après la clôture, pour s’arrêter à 20h à 9,10 dollars.

En surfant sur la vague blockchain, Kodak sort la tête de l’eau. Est-ce un simple effet d’annonce ? Un coup de pub pour rajeunir sa marque ? Ou un véritable changement de direction ?

La blockchain est devenue ce mot magique. Il suffit aux entreprises de le brandir pour récolter les articles de presse et grimper en bourse. On n’avait pas vu ça depuis le boom de l’internet des années 90. Est-ce qu’il faut comprendre qu’il s’agit d’une bulle qui éclatera bientôt ? Pas forcément, pas si les entreprises donnent des applications concrètes à la blockchain.

C’est tout l’intérêt de cette annonce. Elle prouve que non seulement les entreprises puissantes commencent à adopter la blockchain mais qu’en plus elles commencent à le faire de façon utile. Avec KodakOne, Kodak répond à un problème chronique. Reste à savoir si l’exécution séduira les photographes.

Photo par bady qb sur Unsplash

Hello Open World

Equipe de rédaction

Linkedin

A lire aussi

La communauté des leaders de l'innovation

Innovating in good company

Rejoignez-nous