L’automobile au service des nouvelles mobilités urbaines

La mobilité de demain ne pourra se faire sans les grands acteurs du marché de l’automobile d’aujourd’hui. Renault se positionne comme un “opérateur de mobilité” et développe désormais de nouvelles solutions pour aider à une mobilité plus verte et inclusive, notamment à travers son partenariat avec la plateforme Karhoo.

Trottinette, vélo, scooter ou VTC… La mobilité se décline désormais as a service. Le marché connaît depuis plusieurs années de profondes transformations de son offre, de ses clients et de ses business faisant naître de nouvelles opportunités, mais aussi de nouveaux enjeux, notamment en termes de trafic. “San Francisco enregistre 60% de bouchons en plus depuis huit ans, une hausse essentiellement due aux VTC”, a ainsi souligné Jean-Charles Ferreri, associé Associé Global Strategy Group de KPMG, lors de l’édition VivaTech 2019.

Renault, de constructeur automobile à “opérateur de mobilité”

Ce marché bouillonnant dans lequel de nouveaux acteurs émergent rapidement – et disparaissent parfois aussi vite – doit encore se structurer. Et les acteurs historiques de la mobilité et des transports y ont aussi leur place, à l’image de Renault qui développe des solutions pour s’adapter aux nouvelles mobilités urbaines. “Nous sommes de plus en plus nombreux à utiliser des services de mobilité. Fin 2017, Renault a annoncé sa décision de devenir opérateur de mobilité. Avec le leadership que nous avons dans les véhicules électriques, nous pensions qu’il était nécessaire d’aller vers ces services pour développer une mobilité électrique et partagée dans un premier temps, puis autonome dans un second temps”, a expliqué Patrick Vergelas, directeur de la nouvelle mobilité chez Renault.

Le constructeur a récemment mené une expérimentation de services de mobilité de type VTC sur le campus de Paris-Saclay. L’objectif est de proposer une mobilité du quotidien qui réponde aux différents besoins d’une population variée. Etudiants, enseignants, travailleurs et chercheurs ont ainsi pu disposer de trois prototypes de Zoé autonomes et une application dédiée baptisée Marcel. “Notre objectif est d’expérimenter et définir les conditions de déploiement de mobilités autonomes de demain”, ajoute Patrick Vergelas.

Concrètement, l’utilisateur signale sa position sur l’application qui lui propose le point de rencontre le plus proche pour rejoindre la voiture. Celle-ci le dépose ensuite à proximité de sa destination. “Nous avons retenu 12 à 15 points de rencontre sur le territoire. Tous sont à l’écart la circulation pour pouvoir monter et descendre du véhicule simplement, en toute sécurité et sans gêner le trafic, détaille Patrick Vergelas. Cela permet aussi de massifier la demande. Si en cours de trajet, une personne qui va dans le même sens que vous se signale, chacun se voit proposé de partager le trajet.”

De nouvelles opportunités pour les constructeurs

Une façon de capter une population urbaine qui a tendance à laisser sa voiture au garage… voire, à ne plus en avoir du tout ! “Deux-tiers des parisiens n’ont plus de voiture”, a ainsi rappelé Jean-Charles Ferrari. Ces nouvelles mobilités pratiques, partagées, à la demande, parfois électriques, sont donc un sujet majeur pour les grandes métropoles et pour l’ensemble des acteurs.”

Pour asseoir sa position nouvelle d’opérateur de mobilité, Renault développe de nouveaux services variés : l’autopartage avec sa propre flotte Renault MOBILITY, le free floating (libre-service dans une zone définie) avec Moov’in Paris, des solutions et algorithmes de répartition pour le ride hailing, taxi et VTC (via l’acquisition de plusieurs start-up, dont Karhoo) – pour développer une mobilité efficace, plus respectueuse de l’environnement, électrique – et enfin, une activité de VTC électriques développée avec Marcel. Renault regarde également le co-voiturage avec intérêt. « C’est dommage d’être peu nombreux dans des voitures en zone urbaine, donc il y a tout un potentiel pour améliorer la mobilité, assure Patrick Vergelas. Nous participons au projet m2i d’Ile-de-France mobilité pour établir les moyens de faire tomber les barrières au développement du covoiturage. Nous avons des pistes autour de la connectivité des véhicules, du temps réel et du business model. »

Face à Uber, Karhoo mise sur les flottes indépendantes

Mais reste-t-il encore des opportunités dans un marché qui semble déjà saturé ? « 82% des villes ne sont pas couvertes par Uber. Il y a donc encore des territoires diffus que l’on doit intégrer à travers des services de nouvelles mobilités. Et c’est justement l’esprit Karhoo : réintégrer l’ensemble des flottes locales et nationales sur une plateforme commune », explique Boris Pilichowski, co-CEO de Karhoo, qui multiplie justement les partenariats avec les flottes indépendantes de VTC et de taxis.

« Notre volonté est de ne pas ajouter de nouveaux véhicules sur le terrain mais de s’appuyer sur ceux qui existent déjà », ajoute Boris Pilichowski. Résultat : Karhoo collabore actuellement avec 3000 flottes dans le monde, soit environ 270 000 voitures connectées à l’application. Un chiffre qui devrait grimper à 1,8 million de véhicules connectés d’ici la fin de l’année, prévoit Boris Pilichowski. Avec un principe : « universal mobility : mobility for everyone, whith everyone ».

La mobilité en 2030

D’après nos projections, le paysage de la mobilité sera profondément transformé en 2030, avec des acteurs historiques challengés par de nouveaux arrivants sur ce marché en pleine croissance. La prochaine étape concerne la conduite autonome, encore en développement, pour assurer une expérience fluide et confortable en toute sécurité. Avec les véhicules électriques et le système de partage, l’autonomie constitue le troisième axe du socle des mobilités de demain. Plus qu’une question de transport, la mobilité de demain concerne aussi les enjeux de smart city, d’assurance et de gouvernance des données. Plus qu’un marché, c’est aussi un enjeu de société.

Background photo created by fanjianhua – www.freepik.com

La rédaction HOW

par L'ADN

Linkedin

A lire aussi

La communauté des leaders de l'innovation

Innovating in good company

Rejoignez-nous