L’Inde, véritable startup nation ?

30 août 2017

Focus sur ces startups indiennes qui se « taillent la part du lion », selon le classement de CB Insights 2017.

Le « marché des startups » en Inde s’est dynamisé de manière inégale depuis 2014. Cinq zones majeures ont profité de cette accélération, dont trois captent les trois-quarts des levées de fonds : Bangalore (Bengaluru en anglais, 30%), New Delhi (29%) et Bombay (Mumbai, 20%), selon CB Insights. Pune (proche de Bombay, 4%) et Chennai (3%) constituant les deux autres zones. Aujourd’hui, l’Inde, qui est considérée comme le 3ème écosystème mondial d’innovation, abrite dix licornes.

[vc_single_image image= »2294″ img_size= »full » add_caption= »no » alignment= »center » css_animation= »fadeIn »]

7,2 milliards de dollars ! Non, il ne s’agit pas du montant de la dernière acquisition du pétrolier français Total, mais bien le montant record levé depuis 2011 par la startup Flipkart (site e-commerce concurrent d’Amazon) qui se situe à Bangalore. Un montant qui représente cinq des 10 plus importantes levées de fonds réalisées par des sociétés indiennes. Au-delà de la société née à Bangalore, citons également Quikr, comparable au site Le Bon Coin, qui a levé, au total, 370 millions de dollars auprès d’investisseurs tels que Nokia ou Pierre Omidyar, cofondateur d’Ebay.

Face à Bangalore, la capitale New Delhi ne manque pas d’arguments pour séduire les entrepreneurs, et compte pas moins de six licornes (contre quatre pour la grande ville du sud). Ainsi, One97 Communication a levé 2,7 milliards de dollars pour développer ses sites d’e-commerce et son portefeuille électronique PayTM. Les entreprises nationales concurrentes des géants de la tech américaine réussissent également des levées de fonds record :

  • Olacabs, concurrent d’Uber : 2,5 milliards de dollars ;
  • Snapdeal, concurrent d’Amazon (comme Flikpart) : 1,7 milliard de dollars ;
  • Oyo Rooms, concurrent de Booking.com : 543 millions de dollars ;
  • Hike, plateforme de type Whatsapp : 261 millions de dollars.

Du côté des fonds d’investissement, nombreuses sont les sociétés étrangères présentes, à l’instar du japonais Softbank (qui a déjà investi plusieurs milliards de dollars dans l’économie indienne) ou de sociétés américaines telles que Microsoft et Morgan Stanley.

A lire aussi

La communauté des leaders de l'innovation

Innovating in good company

Rejoignez-nous