L’intelligence augmentée : « au lieu de corriger des problèmes, on les anticipe »

Anticiper les problèmes au lieu de les corriger : voilà la grande promesse de l’intelligence augmentée. Et si, loin de nous remplacer, l’intelligence artificielle nous transformait en super-décideurs ?

Réalité augmentée, intelligence artificielle, big data… tant de concepts qui font désormais partie de notre quotidien. Un petit nouveau les mélange. Il s’agit de l’intelligence augmentée, une association humain-machine qui permet aux dirigeants de s’appuyer sur l’IA pour augmenter leur propre intelligence.

Nous avons rencontré Augustin Huret, scientifique et entrepreneur qui a fondé MondoBrain, un logiciel d’intelligence augmentée qui permet aux entreprises d’analyser leurs données passées pour les aider à prendre des décisions. Son outil est utilisé aussi bien par des Etats que des grosses entreprises et des PME, trouvant ainsi des applications dans la sûreté-sécurité, la fiscalité des pays, l’éducation nationale, l’automobile ou l’énergie. Il nous a expliqué le potentiel de cette nouvelle application.

Hello Open World : Qu’est-ce que l’intelligence augmentée ? Quelle est la différence avec l’intelligence artificielle ?

Augustin Huret : L’intelligence augmentée, c’est la combinaison de l’intelligence artificielle, humaine et collective. C’est un logiciel qui prend en compte l’historique des décisions prises par une entreprise et qui formule des recommandations pour éviter les erreurs du passé. En les aidant à mieux comprendre ce qui fonctionne ou non dans leur métier, elle permet aux managers de mieux évaluer l’impact de leurs décisions. Plus besoin d’avoir des connaissances mathématiques pour analyser des données, une très forte connaissance métier suffit.

C’est comme si vous aviez un petit génie sur l’épaule qui a vécu tout ce que vous avez vécu et qui, à chaque fois que vous vous posez une question, est capable de vous donner une réponse à la fois parfaite et intelligible.


A lire aussi : Bienvenue aux super-neurones. Avec Neuralink, la machine augmente nos capacités cognitives

HOW : De quoi l’intelligence augmentée a-t-elle besoin pour proposer des décisions ?

A.H. : Pour aider un manager à prendre une décision, l’intelligence augmentée a besoin des données qu’il a dans son environnement. Le logiciel se « greffe » directement sur le système d’un ordinateur et propose un tableau de bord en fonction des problématiques que le manager rencontre. En cas de manque de données disponibles, l’intelligence augmentée peut aller chercher elle-même des compléments d’information dans des bases de données, en open source par exemple, ou en faisant du scraping [Ndlr : extraire automatiquement des données] sur un site web.

CEO avec son équipe au bureau

En utilisant les données d’une entreprise, l’intelligence augmentée facilite la prise de décision des managers. Image par jacoblund

L’intelligence augmentée permet donc de répondre à n’importe quelle question, dès lors qu’elle dispose du contexte, des contraintes et des paramètres. Lorsqu’elle fait des recommandations, elle peut également évaluer la robustesse des décisions qu’elle propose en fonction de la qualité des données fournies.

HOW : N’est-ce pas dangereux de lui donner accès aux informations sensibles d’une entreprise ?

A.H : Nous permettons à nos clients de conserver leurs données là où elles sont. S’ils ont leurs données en interne et souhaitent qu’elles restent en interne, MondoBrain tournera dans cet environnement de travail. Si l’entreprise stocke ses données sur des systèmes de cloud, MondoBrain tournera dans le cloud.


Lire aussi : Snips : l’IA qui ne partage pas vos données

HOW : Quelles formes prennent ces recommandations ?

A.H : MondoBrain formule ses recommandations de différentes manières.

Elle propose d’une part une interface graphique de data visualisation des situations rencontrées dans le passé, que l’utilisateur peut alors facilement analyser. Elle peut aussi analyser directement les données du client grâce à l’intelligence artificielle, en automatisant des processus de calcul des prix par exemple. Cette analyse peut se faire par écrit ou par oral.

MondoBrain dispose en effet d’une interface vocale simplifiée à laquelle l’utilisateur peut poser des questions très précises, par exemple : « Dis moi MondoBrain, quels sont les biens immobiliers dans le 18ème arrondissement de Paris avec trois chambres, un ascenseur et qui ont été rénovés il y a moins de deux ans ». L’algorithme fait son calcul en moins d’une seconde et répond lui aussi en langage naturel.

L’intérêt de l’intelligence augmentée est qu’elle apporte du contexte supplémentaire autour de sa réponse : elle donnera les raisons du prix de ces biens et ce qu’il faudrait faire ou pas pour baisser les prix.


A lire aussi : Pour survivre à l’IA, il nous faut repenser l’éducation

Je pense que l’intelligence augmentée constitue le fondement du Management 4.0. Les managers disposent désormais d’un outil qui leur permet d’avoir une vision globale de leur entreprise, tant de ce qu’elle a réalisé dans le passé que de ce qu’elle peut exécuter dans le futur. On entre dans une nouvelle dimension du management : au lieu de corriger des problèmes, on les anticipe.

Image d’en-tête par SNCF

A lire aussi

La communauté des leaders de l'innovation

Innovating in good company

Rejoignez-nous