Les trois règles vitales à appliquer à l’IA et à la robotique pour protéger les individus

19 septembre 2017

Si l’intelligence artificielle et la robotique trouvent de plus en plus d’applications utiles, certains craignent que ces technologies finissent par représenter un risque pour l’humanité.

Dans le futur, les robots pourront sauver des vies, remplacer un travail pénible, protéger les individus… ou à l’inverse, ils pourraient commettre un meurtre ou mettre en danger une entreprise en divulguant ses informations. Plus que jamais, les applications de l’intelligence artificielle sont craintes. Réagissant à la mise en garde d’Elon Musk sur la nécessité de légiférer sur l’IA, avant qu’il ne soit trop tard, Oren Etzioni, chercheur et directeur du Allen Institute (Ai2), livre, lui, trois règles à adopter, dans le NYT .

[vc_video link= »https://www.youtube.com/watch?v=H9Ddd1H9uLE » align= »center » css_animation= »fadeIn »]

Première règle pour Oren Etzioni : l’IA doit être soumise aux mêmes lois que celles qui s’appliquent au comportement humain. « C’est la faute de mon IA ne doit pas pouvoir venir excuser un comportement illégal », affirme ce chercheur en Computer Science. Ensuite, l’usage de la robotique doit être selon lui clairement signalé et labellisé comme tel aux consommateurs. Arnaques et mensonges, dans tous les secteurs d’activité, doivent être impossibles. Le cas de Jill Watson, cette IA présentée comme un des assistants de Ashok Goel, professeur en science informatique de l’université de Georgia Tech (Atlanta), pendant tout un semestre aux élèves est un exemple de duperie où toute éthique semble absente. Un exemple parmi d’autres plus sérieux comme l’usage des bots de désinformations politiques, ajoute Oren Etzioni en se référant à une récente étude de l’Oxford Internet Institute intitulée « Bots and Automation over Twitter during the U.S. Election ». Enfin, l’IA doit obligatoirement passer par le consentement de l’utilisateur pour conserver ses informations personnelles. En effet, selon une dernière étude de Forrester, d’ici cinq ans, c’est 85% des interactions clients qui seront gérées par l’intelligence artificielle.

Une façon de remettre à l’actualité les « trois lois de la robotique» formulée par l’écrivain de science-fiction Isaac Asimov en 1942 pour tous ses robots positroniques !

[vc_video link= »https://www.youtube.com/watch?v=gGib6vIuVds » align= »center » css_animation= »fadeIn »]

Crédit illustration : Vitaly Bulgarov – CG Society