L’open data à l’échelle des villes

Plus de 100 villes américaines ont accepté de partager, sur une plateforme accessible à tous, leurs données sur de nombreux sujets (crimes, traffic,  permis de construire, etc.). Une telle initiative a pour but de rendre les autorités compétentes plus transparentes, dans un contexte où la confiance envers les pouvoirs publics est malmenée.

L’idée d’open data (ou données ouvertes) vise, pour les politiques, à mettre en avant les actions menées et leurs résultats. Ainsi, l’US CITY OPEN DATA CENSUS retranscrit cette volonté à travers l’exemple donné par plus de 100 villes américaines. Un premier retour d’expérience réalisé par l’éditeur de logiciels, Esri, met en exergue le chemin qu’il reste à parcourir pour permettre aux concitoyens de disposer d’une donnée riche mais également pertinente.

Source : US City Open Data Census

Force est de constater que l’open data n’a pas encore satisfait ses hautes ambitions. Nombreux sont les portails fourmillant de données publiques dont la prise en main s’avère des plus compliquées pour un citoyen lambda. L’information fournie à « froid » laisse l’internaute bien seul devant son clavier et l’oblige à déterminer en amont les contours de sa recherche.

Andrew Turner, CTO d’Esri R&D à Washington DC fait le constat suivant : « Plutôt que de se demander quelles données pourraient être accessibles, il s’agit de demander aux villes ce dont leurs citoyens ont réellement besoin pour améliorer leur quotidien. »


Lire aussi : Grâce à la smart city, les personnes malvoyantes peuvent se déplacer plus facilement

Bien entendu, le débat ne se limite pas au territoire américain et constituera dès demain, en France, le prochain challenge des collectivités locales. Ces dernières (dont la population est supérieure à 3 500 habitants) sont, depuis la promulgation de la loi pour une République numérique (octobre 2016), dans l’obligation de publier d’ici à 2018 leurs données dans un format ouvert et exploitable.

Une source d’inspiration ? Data Issy, la plateforme d’Issy-les-Moulineaux. Alimentée désormais depuis plus de cinq ans, cette dernière a en effet été éditorialisée avec des cartes, des vidéos, des visuels pour un accès simple et pédagogique. Pour ZD Net, Eric Legale, directeur général d’Issy Media, l’agence de communication et d’innovation de la ville, résume l’enjeu de l’open data : « En l’état, les fichiers sont illisibles pour 95 % des citoyens. Si on présente le budget communal en données brutes, on ne parle qu’aux experts. »

Selon l’institut de recherche Pew Center, 65% des Américains font, chaque année, des recherches en ligne sur des données gouvernementales, mais seulement 10% obtiennent satisfaction ! Pourtant les internautes formulent, dans la grande majorité des cas, des requêtes simples, telles que les heures d’ouverture du parc voisin… Dans un souci de transparence (légitime), les pouvoirs publics ne doivent pas, pour autant, en oublier leur mission principale, à savoir la pertinence et l’efficacité de leur action !

Image d’en-tête par Gangis_Khan

A lire aussi

La communauté des leaders de l'innovation

Innovating in good company

Rejoignez-nous