Lancement des navettes Citymapper : la data n’a pas fini de transformer les transports

27 février 2018

Après les VTC, les scooters en libre service et les navettes autonomes, voici l’heure des navettes privées intelligentes. Avec le lancement, la semaine dernière, de Smart Ride, Citymapper pourrait bien créer une nouvelle tendance, celles des hybrides entre bus et taxi. Ces navettes, qui peuvent accueillir jusqu’à 8 personnes, suivent en effet des routes prédéfinies mais peuvent effectuer des arrêts flexibles.

La célèbre startup anglaise, connue pour son appli de calculs d’itinéraires en ville, s’aventure ici sur un nouveau terrain et elle pourrait bien réussir son pari grâce à un atout en or : la data.

Les données sont au centre de ce projet. Elles en sont même à l’origine. « Quand nous avons étudié les lignes de transport en commun, nous avons réalisé qu’elles ne servaient pas toujours au mieux les personnes les utilisant et qu’elles n’évoluaient pas suffisamment rapidement pour répondre aux changements que connait une ville », explique Citymapper dans un article de blog posté en mai 2017.

L’entreprise décide alors de lancer plusieurs expérimentations, de la ligne de bus intelligent aux taxis qui fonctionnent comme des bus (en partenariat avec le service de VTC local Gett). De ces essais, l’entreprise londonienne a tiré une conviction : les services de transports en commun doivent être « responsive » pour adapter leurs itinéraires.

Un Smart Bus citymapper en circulation

Une expériementation de bus intelligent dans les rues de Londres en 2017. Image par Citymapper

Des transports responsive

Les Smart Ride fonctionnent comme des bus dans le sens où elles récupèrent et déposent utilisateurs et utilisatrices à des arrêts. Mais sur bien des aspects elles se rapprochent des VTC. En effet, les places doivent être réservées sur l’appli et les trajets s’adaptent à la demande (et à la circulation). Concrètement, lorsqu’une personne entre son itinéraire, l’algorithme adapte le trajet des navettes pour qu’une d’entre elles puissent la récupérer à un arrêt et la déposer à son arrêt de destination, et ce le plus rapidement possible.

Plus de lignes fixes mais un réseau de lignes qui fusionnent et se complètent à la demande. Plus d’horaires fixes mais un service qui s’adapte à la demande. Tout est dynamique.

Les lignes de transport n'ont jamais été aussi intelligentes

Les navettes Smart Ride proposent des itinéraires intelligents qui s’adaptent aux besoins. Image de Citymapper

La décision d’utiliser des navettes est stratégique. Avec des véhicules de huit places ou moins, le service n’est plus tenu de se soumettre aux conditions d’exploitation d’une compagnie de bus, condition sine qua none pour effectuer des arrêts flexibles. Elle peut alors proposer ses services avec l’équivalent britannique de la licence VTC.

A la différence des taxis et VTC, les navettes privées nouvelle génération permettent de réduire les prix, d’assurer des disponibilités dans certains lieux et aux heures de pointe, et d’éviter que des véhicules circulent à moitié vide. Citymapper en est convaincu, cette solution est bonne pour décongestionner les villes, réduire les émissions polluantes et optimiser le temps passé dans les transports.

La data, l’or de la mobilité

Citymapper n’est pas la première entreprise technologique à vouloir revisiter un mode de transport qui n’avait pas évolué depuis des décennies. La plus connue est bien sûr Uber mais on peut aussi penser à Blablacar, Drivy ou Cityscoot. Toutes ces startups ont un point commun : elles ont utilisé la data pour optimiser leur secteur.

Dans les transports de l’ère smartphone, ce sont les entreprises qui possèdent les données qui maîtriseront le marché. Et c’est là la force de Citymapper. Depuis son lancement en 2001, l’entreprise s’est battue pour obtenir les données de trafic des transports en commun en temps réel, les traiter et les réunir. Et l’entreprise dispose maintenant d’une base d’utilisateurs et utilisatrices suffisamment importante (c’est de loin la première appli sur son créneau en Angleterre comme en France) pour pouvoir mettre en place un tel projet.

De part leurs organisations, leurs modèles historiques et leurs tailles, les autorités de transport public peinent à traiter les données aussi bien que ces startups et à se réinventer aussi vite. Que se passera-t-il si les personnes utilisant les transports en commun commencent à préférer les Smart Ride ? Les réseaux publics seront-ils menacés ?

Citymapper est très loin de remplacer les autorités de transport public, mais ces dernières feraient bien de prendre au sérieux le lancement de ce premier service de navettes privées intelligentes. Si elles n’arrivent pas à mieux maîtriser les données et à repenser leurs services, elles pourraient bien rester sur le bas-côté.

Image d’en tête par Citymapper

La rédaction HOW

par L'ADN

Linkedin

A lire aussi

La communauté des leaders de l'innovation

Innovating in good company

Rejoignez-nous