Nio, le concurrent chinois de Tesla coté à Wall Street

5 octobre 2018

La révolution automobile électrique ne se fera pas qu’avec Tesla, l’entreprise chinoise Nio compte bien s’imposer sur la scène internationale.

Tesla monopolise les conversations au point qu’on oublie souvent qu’elle n’est pas la seule entreprise sur son créneau. Nio, par exemple, commence tranquillement à se développer hors de sa Chine natale. En septembre, le « Tesla chinois », qui bénéficie déjà du soutien de Baidu et Tencent, est ainsi entré en bourse à Wall Street.

En Chine, Tesla vs Nio

La Chine est de loin le premier marché mondial de la voiture électrique. Tesla l’a bien compris, mais dans ce contexte de guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis, vendre ses voitures dans l’Empire du milieu est de plus en plus difficile. Pékin a en effet instauré une taxe de 40 % sur les véhicules importés des Etats-Unis, ce qui a contraint Tesla à augmenter ses prix sur place de 20 000 dollars… Une situation qui a amené l’entreprise américaine à ouvrir un site en Chine pour contourner cette taxation. Cette usine chinoise, censée être détenue à 100 % par l’entreprise chinoise, devrait être opérationnelle dans deux ans et produira aussi pour l’Asie du sud-est.

Ce contexte est une aubaine pour Nio qui est concentrée sur son marché domestique. L’entreprise chinoise a commencé à vendre son premier véhicule électrique en décembre 2017. Baptisé ES8 et fabriqué en Chine, ce SUV de sept places a entamé ses premières livraisons au mois de juin. Il vient directement concurrencer le Model X, à ceci près que ce modèle est vendu à partir de 448 000 yuans hors aides gouvernementales, soit environ 57 000 euros, alors qu’il faut débourser 90 000 euros pour acquérir un Model X.

Pour Nio, une entrée en bourse secouée

Pour contrer Tesla hors de la Chine, Nio a choisi d’augmenter son capital à travers une IPO et à choisi pour cela d’entrer en bourse à Wall Street. Cette décision est loin d’être anodine, elle prouve son intérêt pour le marché américain mais aussi son envie de se positionner en concurrent direct de Tesla.

Cette entrée en bourse ne s’est pas vraiment passée comme prévue. Alors que le titre de la société a fait ses débuts à 6,26$ dollars sur le New York Stock Exchange le 12 septembre, celui-ci a rapidement reculé pour s’établir à 5,35 dollars lors des premières heures. Un cours qui plaçait la capitalisation boursière de la société à 5,52 milliards de dollars, bien loin des 50 milliards de dollars de Tesla, et qui a permis à la société chinoise de ne lever qu’un milliard de dollars dans le cadre de son IPO, loin de l’objectif initial de 1,8 milliard de dollars, selon French Web.


Lire aussi : Bienvenue à Porto Santo, l’île où les voitures électriques participent au smart grid

La jeune entreprise a probablement eu du mal à inspirer confiance, mais elle a aussi pâti du contexte entourant son entrée en Bourse, la faute notamment aux frasques d’Elon Musk, qui a songé à retirer Tesla de la cote new-yorkaise, et aux difficultés de la firme américaine à atteindre ses objectifs de production.

Un mois plus tard, Nio a réussi à rectifier le tir. Désormais, la capitalisation boursière de la société s’élève à 6,5 milliards de dollars, soit un milliard de dollars de plus par rapport à sa valeur initiale au New York Stock Exchange.

Courant 2019, l’entreprise devrait lancer l’ES6, un deuxième SUV électrique plus abordable, de quoi booster sa croissance et faire grimper sa capitalisation boursière à Wall Street.

Image par Nio

La rédaction HOW

par L'ADN

Linkedin

A lire aussi

La communauté des leaders de l'innovation

Innovating in good company

Rejoignez-nous