Où recruter des développeurs ?

Face à la pénurie de profils tech sur le marché de l’emploi, de nouvelles formations et plateformes de recrutement se créent pour faciliter le travail des recruteurs.

Recruter un bon développeur web est devenu un véritable challenge : l’offre étant supérieure à la demande, les entreprises du secteur de la Tech sont promptes à faire main basse sur les meilleurs profils. Cette structure du marché a néanmoins un avantage : l’engouement suscité par cet eldorado de l’emploi côté candidat a conduit ces dernières années à la création de nouvelles écoles de code. Toutes ne sont pas diplômantes, mais certaines constituent des viviers de candidats qui méritent d’y prêter attention.

[Ctrl + F] dans la jungle des candidats

L’offre pléthorique de formations peut donner le tournis. Pour les recruteurs n’ayant pas le temps d’éplucher le programme de chaque école pour en évaluer le sérieux et l’adéquation aux besoins de son entreprise, le site Behind the code est une ressource précieuse. Lancée en février 2019 par Welcome to the Jungle suite à l’acquisition de l’organisateur de conférences tech dotConferences, cette plateforme propose des portraits de développeurs, des témoignages d’experts, différents contenus métier et des informations sur les événements spécialisés à l’échelle mondiale.

L’objectif de cette nouvelle chaîne tech : s’adresser directement aux développeurs de niveau intermédiaire à expert en leur donnant des conseils carrière pour capter leur attention. Les professionnels de la tech peinent en effet souvent à trouver et partager du contenu pertinent pour continuer à se former ;  animé par une chef de projet fonctionnel expérimentée, Behind the Code doit leur permettre de monter en compétence… tout en assurant une médiation avec les entreprises désireuses de les recruter.

L’école 42, la plus médiatisée

Dans Le Guide du voyageur intergalactique, référence geek par excellence, un supercalculateur donne après des années de calcul sa réponse sur la grande question de la vie, l’univers et le reste : 42. L’école 42 de Xavier Niel serait-elle donc la réponse à toutes les questions des recruteurs ?

C’est sans contexte la plus connue des nouvelles écoles informatiques : pour sa gratuité, son fondateur… et sa pédagogie peu orthodoxe. Les développeurs en formation ne suivent pas de cours proprement dits, mais apprennent avec et de leurs pairs en travaillant sur de nombreux projets. Pour les recruteurs que cette absence d’enseignement classique inquiète, il faut savoir que la « piscine », grand bain dans lesquels sont plongés les étudiants, est un concept repris d’une école d’ingénieurs beaucoup plus classique, l’Epitech.

La crainte que ces électrons libres ne puissent s’intégrer facilement en en entreprise est à tempérer par d’autres caractéristiques très utiles dans le monde du travail : les candidats qui en sortent sont débrouillards, savent travailler en binôme ou en équipe, sont résistants psychologiquement et apprennent vite. A défaut de trouver un candidat déjà à l’aise avec le langage de programmation d’un projet particulier, miser sur un développeur formé à 42 peut s’avérer un pari gagnant.

Le cursus, qui se déroule sur plusieurs années, a l’avantage d’être assez complet pour préparer à de nombreux métiers. Il devrait ainsi être possible d’y recruter des développeurs web, spécialisés ou non en développement mobile, mais aussi des administrateurs systèmes, experts en sécurité informatique et chefs de projet.

42 a fait des émules et d’autres écoles se sont ouvertes sur le même modèle en 2017 et 2018. Il sera ainsi intéressant de garder un œil sur les premières promotions de l’école 101 à Lyon et l’école 19 à Bruxelles.

Le Wagon et Hironhack, en mode bootcamp

Certaines écoles proposent des formations intensives en développement, comme le Wagon créé par deux Français respectivement ingénieur et avocat de formation, ou Hironhack, une école américaine qui a essaimé dans toute l’Europe.

L’une comme l’autre permettent aux étudiants de « rattraper le wagon » en 9 semaines, et offrent aux entreprises des candidats prêt-à-embaucher : ils sont formés comme développeurs full stack, aptes à travailler sur le front-end, côté client, comme en back-end, côté serveur. À ces profils couteaux suisses, Hironhack ajoute deux profils plus spécialisés : UX/UI designer, centré sur le design utilisateur, et data analyst, un profil d’autant plus intéressant que les formations dédiées sont rares.

Contrairement à l’école 42, qui recrute ses étudiants entre 18 et 30 ans, le Wagon et Hironhack forment à tout âge ; il est ainsi possible de trouver parmi les étudiants en reconversion des profils à double compétence plus ou moins rares et valorisables. Enfin, il faut souligner que le Wagon est implanté dans de nombreuses villes en France (et à l’étranger) – pratique pour des embauches de proximité.

Sur une modèle similaire, on peut également citer la Capsule Academy, une formation intensive en 10 semaines, ou le Réacteur, un organisme de formation créé par un binôme de développeurs en 2016. De quoi couvrir les besoins de recrutement tech sans plus de difficultés.

La rédaction HOW

par L'ADN

Linkedin

A lire aussi

La communauté des leaders de l'innovation

Innovating in good company

Rejoignez-nous