Quand les escape games remplacent les entretiens de recrutement

16 octobre 2018

Enfermer des candidats dans une salle pendant 70 minutes… Voici la nouvelle idée très Koh Lanta de certains grands groupes.

Début octobre 2018, la filiale francilienne d’Orange a profité de l’événement « Paris pour l’emploi » pour organiser un escape game de recrutement. « L’idée n’est pas d’enfermer les gens dans une salle, mais de les mettre face à des malles de jeux avec des énigmes particulièrement conçues pour le recrutement. Les énigmes sont conçues pour identifier des traits de caractère des candidats », explique Véronique Raguénès, chargée des relations extérieures pour Carrefours pour l’emploi, l’entreprise organisatrice du salon dans Le Parisien. Réalisé avec la société Happy Hour Escape Game, ce jeu permet de juger les participants selon 4 critères : le comportement individuel, l’attitude face à l’inconnu, la communication et le positionnement au sein du groupe.

Pendant le « jeu », les candidats sont observés par le recruteur qui peut occasionnellement les aider dans les énigmes. Anxiogène diront certains, amusant diront d’autres. Une fois la partie déroulée, les candidats débriefent ensemble et font leur autocritique.

« Face à une expérience ludique, les gens redeviennent naturels », explique, dans Les Echos, Martine Pick Lakshmanan, la fondatrice de Happy Hour Escape Game qui a développé cette version RH du jeu d’évasion. « Les candidats dévoilent leur personnalité. C’est impossible de tenir un rôle pendant une heure. » En trois ans et demi d’existence, la société a vu sa clientèle se diversifier. Après avoir été plébiscités par les organisateurs de team-building, ces jeux attirent désormais les recruteurs.


Lire aussi : Arrêtons avec la diversité de façade : les conseils pour trouver les vrais talents et les intégrer dans l’entreprise

Les entreprises croient de moins en moins aux entretiens d’embauche durant lesquels les candidats se contentent souvent de répéter leur CV et de donner les réponses qu’ils croient bonnes. « Dans un entretien, on obtient toujours un peu le même résultat », estime Geoffroy Fourgeaud, directeur des ressources humaines Orange Ile-de-France dans Le Parisien. Or, à l’heure du digital, ce ne sont plus les compétences, les hard skills, qui comptent mais les qualités humaines et relationnelles, les softs skills, et celles-ci ne se détectent pas sur un CV. L’escape game permet d’avoir « un éclairage sur le savoir être, comment les candidats fonctionnent dans un groupe », précise Geoffroy Fourgeaud.

Le milieu des ressources humaines est en pleine transformation, les entreprises n’hésitent plus à expérimenter de nouvelles techniques de recrutement. Avec l’IA, les grandes entreprises espèrent automatiser le traitement des CV et lutter contrer les biais de recrutement, avec plus ou moins de succès. Autre piste : les jeux cognitifs en ligne permettent de vérifier si les candidats ont les bons traits de caractère pour un poste précis, même si leurs profils ne correspondent pas à ceux dont l’entreprise a l’habitude.

Si ces techniques de recrutement alternatives sont appréciées, c’est aussi qu’elle permettent de rajeunir leur image. « Quand vous recrutez des jeunes, ils sont assez sensibles à des méthodes plus ludiques, plus coopératives », confie Geoffroy Fourgeaud.

Alors, adieu les CV ?

Image par Extreme-Photographer

La rédaction HOW

par L'ADN

Linkedin

A lire aussi

La communauté des leaders de l'innovation

Innovating in good company

Rejoignez-nous