Mais qu’est-ce que GitHub, cette entreprise que Microsoft a racheté 7,5 milliards de dollars ?

5 juin 2018

En rachetant la plateforme chérie des développeurs de logiciels libres, Microsoft signe son deuxième plus gros rachat après LinkedIn, un signe que les temps changent.

GitHub est une plateforme incontournable dans le monde du développement de logiciels. Lancée en 2008, elle est utilisée par les entreprises, les collectifs de logiciels libres, et les développeurs et développeuses du dimanche pour publier et partager, de manière totalement ouverte s’ils le souhaitent, le code qu’ils ont créé. Github héberge 85 millions de projets, que ce soient des logiciels, des sites ou des applications mobile, sans limitation de langage de programmation.

Github, star du logiciel libre

Pas très connue du grand public, la plateforme revendique tout de même 28 millions d’utilisateurs et utilisatrices dans le monde. Pour les membres de sa communauté, la plateforme est bien plus qu’un service. Les t-shirts Github à l’effigie de leur chat-pieuvre sont devenus des éléments essentiels de la garde-robe des fans d’open source, et les stickers Github s’affichent fréquemment sur les ordi des développeurs et développeuses. L’ouverture et l’esprit de partage qui y règnent ont fait de Github un symbole de la collaboration dans la tech, des bienfaits de l’open source et du logiciel libre.

Désormais adopté par les petites comme par les grandes entreprises, le logiciel libre est considéré par le monde tech comme étant plus puissant, plus souple et aussi sûr que les logiciels propriétaires ou fermés, c’est-à-dire dont le code source est gardé secret pour éviter qu’on puisse le copier ou le modifier.


Lire aussi : Cybersécurité des entreprises : et s’il était plus intelligent d’utiliser des logiciels libres ?

Microsoft, d’ennemi à allié de l’open source ?

L’achat de Github par Microsoft a causé un tollé auprès des partisans du libre. Ceux-ci ne se rappellent que trop bien de l’attitude de l’entreprise de Richmond au début des années 2000. L’entreprise avait en effet mis beaucoup d’énergie à lutter contre l’open source, un modèle qui venait remettre en cause la pertinence des logiciels propriétaires, tels que la suite Office, à qui Microsoft devait son succès. Son précédent patron, Steve Ballmer, avait même qualifié Linux de « cancer » au début des années 2000. Résultat : Microsoft a perdu la guerre et l’open source est derrière les plus grandes innovations de ces dernières années.  

En nommant Satya Nadella au poste de PDG en 2014, le géant de l’informatique a espéré tourner la page de ce chapitre de son existence. Depuis, l’entreprise a affirmé son amour pour l’open source. Microsoft ne s’est pas contentée de contribuer à des projets en open source, la firme américaine a aussi rendu Azure Sphere, sa plateforme cloud, compatible à Linux et a intégré la fondation Linux en 2016 – elle reverse 500 000 dollars par an au projet. Son rachat de Github pour la modique somme de 7,5 milliards de dollars est la preuve finale de sa bonne volonté.

Opération séduction

Avec cette opération I ❤️ open source, Microsoft espère aussi améliorer son image de marque.

Pour développer des solutions plus innovantes que ses concurrents, Microsoft a besoin d’attirer les meilleurs développeurs et développeuses, ce qui implique de créer un environnement de travail stimulant. Depuis son arrivée chez Microsoft, Satya Nadella a développé de nombreux projets responsables. Alors que Google retire son fameux « don’t be evil » de son code de conduite, Microsoft lance des initiatives qui mettent l’IA au service de la planète, avec « AI for Planet »,  ou encore des personnes handicapées, avec « AI for accessibility ».


Lire aussi : IA : Microsoft lance un fonds de 25M de dollars pour aider les personnes handicapées

Microsoft a aussi besoin de séduire les développeurs qui travaillent à leur compte ou pour des startups si elle ne veut pas reproduire l’échec du Windows Store et du système d’exploitation pour smartphone Windows Phone. Le succès des OS et des stores de Google et Apple repose en grande partie sur la richesse de l’offre d’applis, créées, à quelques exceptions près, par des organisations extérieures. Sans développeurs, point de plateforme. Le collaboratif a bien gagné la guerre contre les systèmes fermés.

L’opération séduction de Microsoft rencontre quelques obstacles. Certains partisans du logiciel libre s’inquiètent de ce rachat et seraient déjà en train de migrer vers des services alternatifs. Ils craignent que Microsoft dénature Github et que la plateforme perde progressivement son approche collaborative.

Microsoft se veut rassurante sur son blog. L’équipe de Github restera indépendante, tout comme celle de LinkedIn l’avait été après son acquisition. Microsoft se limitera à accompagner les membres de la communauté qui le souhaitent dans la conception de leurs projets, à promouvoir la plateforme auprès des entreprises et à faire connaître les outils de développement et services de Microsoft à ses membres.

Ce rachat marquera-t-il le début d’une ère de prospérité pour la plateforme ou le début de la fin ? Le temps nous le dira. Une chose est sûre : le logiciel libre connaît définitivement son âge d’or.

Image d’en-tête par GitHub

La rédaction HOW

par L'ADN

Linkedin

A lire aussi

La communauté des leaders de l'innovation

Innovating in good company

Rejoignez-nous