Promesses et questionnements de l’âge algorithmique

Après avoir été perçue comme la meilleure alliée de l’objectivité, la rationalité algorithmique inquiète certains experts : bulles de filtres, biais répétés, surveillance, automatisation des emplois. Alors que comprendre du monde qui se dessine sous nos yeux ? Le point à date sur cette ère algorithmique avec PewInternet.

« Tout ce que les gens voient et font sur le Web est le produit d’algorithmes. Chaque fois que quelqu’un trie une colonne dans une feuille de calcul, les algorithmes sont en jeu et la plupart des transactions financières aujourd’hui sont réalisées par des algorithmes. » rappelle Pew Research Center dans un récent rapport sur les avantages et inconvénients de l’âge des algorithmes.

Véritable mot-valise, l’algorithme semble aujourd’hui définitivement rattaché à celui du monde numérique. Solutionniste dans son approche, il peut être aussi un « poison ». C’est ce que l’historien de la technique, Bernard Stiegler décrit comme le pharmakon technologique.

Point à date sur les promesses et questionnement de cette ère algorithmique.

Les algorithmes sont des séries d’instructions fonctionnant comme des équations mathématiques, dont l’objectif est généralement de résoudre un problème ou d’accomplir une tâche. Dans le monde numérique, les algorithmes sont fabriqués sur la base de codes informatiques et se trouvent au cœur de tous nos usages digitaux. En résumé, ils sont partout. Et avec l’apparition des algorithmes d’auto-apprentissage et de programmation automatique, il est désormais tout à fait envisageable que dans le futur, ils deviennent eux-mêmes les auteurs de la plupart des nouveaux algorithmes nouvellement créés.

[vc_video link= »https://www.youtube.com/watch?v=e_WfC8HwVB8″ align= »center » css_animation= »fadeIn »]

Aujourd’hui, l’utilisation des algorithmes se répand à mesure que de plus grandes quantités de données sont créées, capturées et analysées par les entreprises et les institutions. Certains nomment ce phénomène « l’âge des algorithmes », et prédisent que l’avenir de ces derniers sera intrinsèquement lié au machine learning, promis lui aussi à d’incessants progrès.

[vc_video link= »https://www.youtube.com/watch?v=KoQdAdxjnoU » align= »center » css_animation= »fadeIn »]

L’institut Pew Research Center et la Elon University se sont penchés ensemble sur le sujet et ont conduit une grande enquête auprès d’un large échantillon d’experts technologiques, de chercheurs, de managers et de responsables gouvernementaux afin de recueillir leur vision au sujet de la place et du rôle que joueront les algorithmes durant ces dix prochaines années.

A la question « L’effet global des algorithmes sera-t-il positif ou négatif pour les individus et la société ? », 38% des non-scientifiques du panel répondent que les points positifs l’emporteront sur les points négatifs, 37% l’inverse, les 25% restants optant pour le 50/50.

Le rapport permet de dégager des tendances qui prouvent en premier lieu que les algorithmes sont incontournables : ils vont sans aucun doute continuer à s’immiscer dans tous les domaines. Il faudra donc apprendre à les gérer au mieux, de façon à réguler leur influence. Le second enseignement est que les algorithmes continueront à générer de nombreux cercles vertueux, puisqu’ils vont faire progresser la science à grande vitesse, inspirer de nouveaux services et offrir de nouvelles perspectives à l’intelligence humaine.

Mais les algorithmes suscitent aussi des inquiétudes, puisqu’ils sont pensés pour augmenter l’efficacité et la rentabilité, et ceci au détriment du jugement humain et de notre capacité à prendre nous-mêmes des décisions. Créés par des individus doués de science et de conscience, ils imposent aussi d’envisager des scénarios à risque et des prises de décision dangereuses. S’ajoutent à cela certaines déficiences dont ils peuvent structurellement faire preuve, comme par exemple ne jamais disposer de suffisamment de données pour définir l’image exacte d’une situation à un instant T. Les plus pessimistes s’inquiètent que tous ceux qui ne seront pas connectés soient exclus : dans ce scénario, les personnes hyperconnectées écraseront celles qui auront le moins de possibilités d’accéder aux mêmes outils qu’eux. La crainte pour l’emploi s’exprime également, envisageant le remplacement des activités humaines par bon nombre d’algorithmes de substitution.

Pour faire face à ces risques, les experts indiquent qu’il faudra former et sensibiliser les populations aux algorithmes, développer la transparence et la surveillance, une prise de conscience exprimée en premier lieu par la Maison Blanche, qui a publié en octobre 2016 deux rapports détaillant l’avancée des algorithmes et de l’intelligence artificielle, ainsi que des scénarios de résolution des éventuels problèmes engendrés par ces derniers.

[vc_video link= »https://www.youtube.com/watch?v=jKHz5RLLjUw » align= »center » css_animation= »fadeIn »]

A lire aussi

La communauté des leaders de l'innovation

Innovating in good company

Rejoignez-nous