« Réinjecter du merveilleux dans la ville du futur »

20 mai 2019

A quoi ressemblera la ville du futur ? Dans cette interview croisée, Jérôme Monceaux, CEO, et David Chapon, directeur général de Spoon – une start-up qui crée des personnages virtuels pour aider consommateurs et citoyens – livrent leur vision de la mobilité du futur.

Comment imaginez-vous la ville du futur ?

Jérôme Monceaux : Si on pense au futur de la ville, il faut le faire avec une démarche sociale. Selon moi, il est indispensable d’impliquer le regard des philosophes, sociologues et penseurs pour réfléchir à la manière dont la ville doit évoluer.

Contrairement aux courants transhumaniste et singulariste, qui pensent que nous allons augmenter notre corps avec la technologie, nous croyons que c’est l’environnement qu’il faut augmenter. On entre dans l’ère de « l’environnement intentionné ». Celui-ci va avoir une intention envers moi : ça peut être une pièce qui va s’allumer quand je vais rentrer ou une voiture qui s’arrêta à un feu rouge. Mais au-delà de l’habitat connecté, la ville elle-même doit avoir une intention qui soit l’écho de celle de ses habitants, et non pas celle de ceux qui la développent.

Selon moi, cela peut créer une rupture majeure avec le paradigme actuel mais nous n’avons pas encore trouvé les bons mécanismes.

Comment adapter une ville aux besoins de ses habitants ?

Jérôme Monceaux : Avec des dispositifs qui soient accessibles à tous, quels que soient l’âge, la culture ou la langue. Installer dans toutes les machines automatiques des personnages qui vont pouvoir interagir avec les personnes directement dans la ville sans avoir besoin d’acquérir un smartphone, une tablette ou des lunettes connectées. En effet, la ville est ce qu’il y a de plus accessible à tous et de moins segmentant pour la population. Nous n’avons pas besoin d’être riche pour l’utiliser. Avec ces dispositifs, il suffira de s’y trouver pour bénéficier de ce qu’elle a à offrir.

La ville doit également servir d’intermédiaire entre ses habitants. Si je veux faire une activité mais que je ne sais pas où aller, elle devrait pouvoir m’indiquer, sans l’aide de mon smartphone, les possibilités qui s’offrent à moi. Voire me donner l’opportunité d’interagir avec une personne ayant les mêmes aspirations que moi.

Mais il ne faut pas faire que de l’utilitaire, il faut savoir réintégrer la pensée et l’art dans la ville. Des dimensions qui peuvent être irrationnelles de prime abord mais qui sont nécessaires. En effet, l’environnement dans lequel évolue l’être humain doit lui permettre de se définir en dehors d’un cadre utilitaire. Nous nous devons de réinjecter du merveilleux.

En parlant de mobilité, comment nous déplacerons-nous dans la ville du futur ?

Jérôme Monceaux : Les véhicules autonomes seront sans doute l’un des moyens de se déplacer. Nous verrons également se démocratiser les solutions de micro-mobilité. Mais au-delà de ces nouveaux dispositifs, je pense que c’est la destination elle-même qui va changer. En effet, le téléphone portable a complètement bouleversé la manière de se donner rendez-vous :  nous n’avons plus besoin de fixer un endroit à l’avance. J’imagine que ce mode de fonctionnement évoluera encore. Et par conséquent, les moyens de transports associés également.

Comment Spoony fait-il pour s’adapter à l’émotion d’un être humain ?

David Chapon : Nous captons les émotions humaines à l’aide d’un logiciel de reconnaissance faciale et notre personnage réagit en fonction de ces informations, grâce à la data. Ils peuvent ensuite entamer une conversation.

Comment pourra être utilisée votre solution dans le futur ?

David Chapon : Nous sommes déjà en phase de test avec l’APHP afin de travailler sur les interactions avec des personnes âgées dans des services de gériatrie, pour proposer de l’animation ou orienter les patients.

Dans le retail aussi, plusieurs marques de luxe nous sollicitent pour les aider à mettre en avant leurs produits. Par exemple, Spoony peut proposer des idées d’accords mets et vins, dans le but d’associer à votre plat la meilleure bouteille. Nous travaillons également avec le secteur de l’immobilier pour ajouter notre interface dans des immeubles, dans des ascenseurs ou des halls.

Nous nous positionnons également sur la Smart City afin d’apporter du service au sein des quartiers, mairies ou encore collectivités et construire ainsi du lien dans ces quartiers. L’idée est de créer une dynamique d’intelligence collective qui puisse permettre aux citoyens de faire remonter des informations aux collectivités et réciproquement.  Nous avons donné un aperçu de cette solution sur le stand de KPMG lors de la dernière édition du salon VivaTech : Spoony proposait une découverte ludique et interactive du stand par le moyen de blagues et devinettes. Dans le futur, nous pourrions aller jusqu’à déployer des solutions pour des entreprises comme JC Decaux en intégrant nos personnages dans leur abribus.

 

La rédaction HOW

par L'ADN

Linkedin

A lire aussi

La communauté des leaders de l'innovation

Innovating in good company

Rejoignez-nous