« L’e-sport représente la Formule 1 du jeu vidéo »

15 février 2019

Les compétitions de jeux vidéo attirent aujourd’hui plusieurs millions de spectateurs, poussant la discipline à se professionnaliser.  Pour nous éclairer sur le sujet, nous avons rencontré Alexandre Noci, Président d’Alt Tab Productions, un studio de production qui édite notamment O’Gaming TV, la première Web TV française dédiée au jeu vidéo compétitif. Fondée en 2010, celle-ci diffuse 24 heures sur 24 des évènements d’e-sport et des talk-shows, en partenariat avec les grands acteurs du secteur.

Quelle est l’activité d’une Web TV spécialisée dans l’e-sport comme O’Gaming ?

Nous travaillons à la fois sur la production et à la diffusion des compétitions de jeux vidéo. D’un côté, nous produisons des vidéos – en live ou en différé – et de l’autre, nous organisons des évènements, soit à notre compte, soit avec des partenaires. Il peut arriver que nous produisions nos propres compétitions d’e-sport ou que nous en coproduisons, avec des marques qui nous contactent pour nous associer aux leurs, par exemple pour produire la version française de tournois internationaux.

Les audiences d’e-sport se développent fortement depuis 5 ans : c’est un marché qui prend entre 15% et 30% de croissance par an. Les éditeurs de jeux vidéo ont donc de plus en plus tendance à localiser leur production, ce qui les amène à nouer des partenariats avec des Web TV locales. A côté de cette activité média, nous produisons également des contenus en marque-blanche, c’est-à-dire en prêtant notre expertise technique à différentes marques qui apposeront leur propre logo sur les vidéos produites.

Face à cette massification des audiences, l’e-sport s’inspire de plus en plus du sport traditionnel. Quelles évolutions ont été les plus marquantes au cours des dernières années ?

Le commentaire des rencontres d’e-sport s’est professionnalisé. Lorsque nous avons commencé, celui-ci était improvisé et avant tout destiné à divertir. A partir du moment où les ligues se sont créées, qu’un écosystème de joueurs professionnels s’est développé, que les équipes se sont internationalisées et que le niveau de jeu a augmenté, nous avons retravaillé la manière de commenter. Le commentaire est devenu plus professionnel, plus riche en informations, en data – notamment en incluant des statistiques liées à l’historique des joueurs, un peu comme on peut l’entendre dans les diffusions de sports traditionnels.

De manière générale, la qualité des évènements et des retransmissions a augmenté, en même temps que le milieu a gagné en maturité. Les grands acteurs du sport électronique se sont entourés d’intervenants qui venaient du sport traditionnel – du football américain et des Jeux Olympiques par exemple – que ce soit pour le commentaire ou pour le marketing autour des compétitions. Ces profils de plus en plus élevés ont fait progresser la qualité des retransmissions et le marché s’est structuré.

Certaines compétitions de jeux vidéo attirent aujourd’hui des millions, voire des centaines de millions de spectateurs.  Aurait-t-on atteint une saturation du marché ?

Au contraire, les audiences vont continuer à progresser avec l’augmentation du nombre de gens qui jouent aux jeux vidéo. On peut considérer l’e-sport comme la Formule 1 du sport électronique : plus on a de joueurs au quotidien, plus on a de personnes qui seront intéressées par la version compétitive. Aujourd’hui, 70% de la population active en France joue aux jeux vidéo. Dans 10 ans, on s’attend à dépasser la barre des 90% – l’âge ayant son importance. On parle donc d’un divertissement qui a encore beaucoup de potentiel.

D’autant plus que celui-ci sait se renouveler. Contrairement au sport traditionnel où vous aurez peut-être un nouveau sport majeur et grand public tous les 20 ans, dans le sport électronique, vous aurez potentiellement un nouveau blockbuster tous les 6 mois ! Et celui-ci ne ressemblera pas aux précédents : chaque titre est susceptible de générer son propre écosystème, ses nouveaux codes, ses compétitions, tout en faisant émerger de nouveaux joueurs.

L’e-sport se renouvelle donc de lui-même par la parution de nouveaux jeux, à un rythme qui a de plus tendance à s’accélérer, créant sans cesse de nouvelles disciplines. Ce dynamisme en fait un marché à haut potentiel et particulièrement intéressant à observer.

La rédaction HOW

par L'ADN

Linkedin

A lire aussi

La communauté des leaders de l'innovation

Innovating in good company

Rejoignez-nous