Le streaming façon Netflix, et si c’était ça l’avenir du jeu vidéo ?

A peine lancée, Blacknut est déjà décrite comme le Netflix français du jeu vidéo. La startup prouve la pertinence des modèles de plateformes illimitées pour parler au plus grand nombre.

D’après le Syndicat National de l’Édition Phonographique (SNEP), le streaming musical payant représenterait 42% du marché français de la musique. Netflix, quant à elle, est très vite devenue leader de la SVOD dans l’hexagone et compterait 1.4 millions de personnes abonnées. Le jeu vidéo pourrait être le prochain sur la liste avec Blacknut.

Créée par la jeune entreprise rennaise éponyme, elle propose un large choix de jeux vidéo en streaming, pour un abonnement mensuel et sans engagement de 14,99 euros.  Sur cette plateforme, pas besoin de console : un accès à Internet suffit. Hébergés sur le cloud, les jeux sont accessibles sur différents écrans : ordinateur, télévision et bientôt, sur tablette et smartphone.

 

 

En simplifiant l’accès au jeu vidéo pour tous, Olivier Avaro, fondateur de Blacknut, entend bien décloisonner cette pratique souvent cantonnée aux gamers passionnés. « Le jeu vidéo souffre encore de problèmes d’accès et de découverte pour le grand public, en termes d’installation et de coût », affirme-t-il.

Malgré son large catalogue, la plateforme ne propose d’ailleurs pas de jeux connus du grand public. Pour le fondateur, cela permet de faire découvrir à tous et toutes la richesse et la diversité du monde du jeu vidéo trop souvent réduit à ses seuls blockbusters.

Ou quand le streaming illimité se met au service du décloisonnement…

Crédit photo : Carl Raw

La rédaction HOW

par L'ADN

Linkedin

A lire aussi

La communauté des leaders de l'innovation

Innovating in good company

Rejoignez-nous