La tech redessine la mobilité, plus inclusive et accessible

26 février 2019

Venu de Finlande, le MaaS (Mobility as a Service) promet de révolutionner nos déplacements et de redéfinir notre rapport aux transports.

Une ville sans voiture individuelle où les besoins de mobilité de tous les individus et les enjeux de politique publique seraient parfaitement intégrés… C’est le nouveau paradigme que propose le MaaS (Mobility as a Service). Ce concept venu de Finlande a pour objectif de faciliter l’accès à tous les modes de déplacement possibles, transports collectifs et voitures partagées notamment, via un titre unique et un abonnement mensuel payant. L’assurance d’une mobilité partagée ?

L’application Whim en est une formulation concrète. Disponible en Finlande et en Angleterre, elle permet aux utilisateurs de planifier, réserver et payer tous leurs trajets à travers différents opérateurs de transports sous un service unique. Baptisé « Netflix de la mobilité » par Helsinki Smart Region, en réunissant des options tels que le bus, le train, le taxi, le vélo ou la voiture partagée, Whim offre aux usagers la possibilité de se déplacer sur un coup de tête, se faisant ainsi l’assistant personnel de la mobilité. En somme, l’essence même du concept de MaaS.

Des solutions de mobilité pour tous

À ceux qui douteraient du succès de l’économie du partage dans les transports, Wheeliz en est encore une preuve. Cette société française veut être la solution de mobilité pour les personnes handicapées. « Les particuliers détiennent plus de 100 000 véhicules aménagés pour les personnes à mobilité réduite » constate la fondatrice Charlotte de Vilmorin. « Des biens qui coûtent entre 20 000 et 50 000 euros. Les louer permettrait de les rentabiliser ». Lancée en 2015, la petite entreprise concurrence les grosses sociétés de location de voitures, à l’instar d’Hertz ou Rent-A-Car, qui proposent des services adaptés à prix d’or. « En moyenne, on est trois fois moins cher que les agences spécialisées » précise Charlotte de Vilmorin avant d’évoquer un possible rapprochement avec les services de VTC à l’avenir.

Autre population laissée de côté par les solutions de mobilité partagée traditionnelles : les habitants des zones périurbaines. Si le covoiturage est efficace pour les trajets entre métropoles, qu’en est-il des derniers kilomètres pour ceux qui vivent en territoire rural ? La start-up Ecov propose Covoit’ici : un covoiturage local pour les usagers périurbains. Avec ce service du quotidien, la société veut démontrer que la voiture peut être un transport collectif. Conducteurs et passagers se rencontrent spontanément sur les stations de covoiturage. Les voyageurs indiquent leur destination sur la borne, payent et reçoivent un ticket de transport. Les conducteurs sont immédiatement informés grâce aux panneaux lumineux le long de la route. Covoit’ici relève donc le défi du covoiturage courte distance et du transport à la demande via les conducteurs individuels.

Ces différentes solutions partent d’un même constat : les questions de mobilité dépassent le simple déplacement. En analysant les besoins et les conditions des utilisateurs, leurs initiatives sont la preuve que l’innovation est la solution pour une mobilité inclusive et accessible.

La rédaction HOW

par L'ADN

Linkedin

A lire aussi

La communauté des leaders de l'innovation

Innovating in good company

Rejoignez-nous