La transformation, dynamique au service d’une création de valeur partagée

13 juillet 2017

L’exposition universelle consacrée aux énergies renouvelables (EnR) et à la croissance verte qui se tient actuellement à Astana au Kazakhstan survient dans un contexte d’une demande énergétique toujours plus forte. Dans une volonté de ne pas aborder la question seulement sous l’angle économique, l’enjeu semble également être de viser l’efficience énergétique, en s’appuyant sur une optimisation de la gestion des capacités de production et de distribution, sur la maîtrise des émissions de CO2 ainsi que sur les technologies de production de demain.

Cette conférence constitue en effet le cadre idéal pour repenser les stratégies d’optimisation entre production et consommation, grâce aux nouveaux champs des possibles initiés par le Big Data et l’IoT (notamment grâce à l’émergence des capteurs et des dispositifs intelligents).

Mais Astana Expo 2017 est aussi pour les grands acteurs du secteur l’occasion de repenser leur développement à la lueur des grands enjeux planétaires auxquels ils sont intrinsèquement liés au travers de leurs activités. La matrice SDG (Sustainable Development Goals), développée conjointement par le Global Compact des Nations Unies Pacte et KPMG, offre, dans cette perspective, de nombreuses pistes permettant d’inspirer la conduite de leurs actions en matière de développement durable.

Cette matrice pose un cadre structurant pour les entreprises exerçant une empreinte carbone forte sur la planète. L’enjeu de ce plan est de permettre de susciter des approches novatrices incitant les entreprises à penser leurs initiatives dans la perspective d’une création de valeur élargie, au-delà de la question des économies d’énergie. Il s’agit ici davantage de contribuer à lutter contre les inégalités, la pauvreté et la malnutrition afin, in fine, participer au développement d’une économie forte.

Les quatre axes structurants de cette matrice énergétique reposent sur :

– l’engagement en faveur d’une énergie pour tous : basé sur la capacité des entreprises à favoriser l’accès universel à une énergie fiable, durable et abordable (nouveaux modèles de financement – initative Terrawatt).

– l’engagement d’une part toujours plus importante consacrée aux énergies renouvelables :

  • développer et déployer de nouvelles technologies permettant d’accélérer significativement le poids des EnR dans le mix énergétique ;
  • améliorer l’intégration des EnR au sein des réseaux existants grâce aux réseaux intelligents (smart grids) ;
  • développer des solutions évolutives de capture et d’utilisation du carbone.

– l’engagement d’une production d’énergie durable :

  • développer et partager des systèmes échelonnés améliorant la durabilité de la production sur l’ensemble de la chaîne de valeur ;
  • minimiser la production de déchets couplée à une amélioration du recyclage ;
  • implémenter de nouvelles technologies énergétiques.

– l’engagement vis-à-vis des communautés : un engagement corrélé à la détermination des acteurs à collaborer avec les gouvernements locaux, le secteur privé et toutes les parties prenantes afin d’amplifier le développement socio-économique des communautés constituant l’écosystème des entreprises.

C’est en répliquant les best practices tout en se greffant à des collaborations et à des initiatives existantes qu’il devient possible de remplir les objectifs de la feuille de route responsable de l’entreprise.

A lire aussi

La communauté des leaders de l'innovation

Innovating in good company

Rejoignez-nous