Uber lance une appli légère pour conquérir les marchés en développement

Uber lance une app lite pour séduire de nouveaux marchés, une stratégie qui séduit de plus en plus d’entreprises américaines.

Pendant très longtemps, Uber avait une règle simple : une seule appli et un seul service partout dans le monde. Depuis, le mastodonte américain a assoupli ses règles, ajoutant le paiement en cash et la réservation par téléphone dans certains pays, et des modes de transport alternatifs dans d’autres, comme les tuk-tuk en Inde ou les vélos électriques en Allemagne. La semaine dernière, l’entreprise a annoncé aller encore plus loin dans son effort de localisation en lançant une seconde version, allégée, de son appli. Appelée Uber Lite, l’appli a été créée spécialement pour les pays dits émergents. Proposée d’abord en Inde, elle sera disponible dans d’autres pays d’ici la fin de l’année.


Lire aussi : Uber se met aux vélos et aux trottinettes électriques pour devenir le géant de la multi-modalité

L’appli Uber s’allège en Inde

L’avantage de cette application est qu’elle ne pèse que cinq mégaoctets (à peu près le poids de deux photos), contre 181 Mo pour sa version traditionnelle, ce qui la rend donc utilisable sur des modèles Android anciens et des réseaux internet lents, parfaite pour les pays en rattrapage numérique. Mais cette appli n’est pas qu’une version au rabais de l’appli principale, elle répond aux besoins des internautes de ces nouveaux marchés.

De nombreuses fonctionnalités considérées comme non essentielles dans ces pays ont été supprimées, les cartes sont ainsi optionnelles et le paiement en ligne indisponible, même si Uber promet d’accepter bientôt les paiements par carte de crédit ou Paytm, un système de paiement mobile indien. A l’inverse, des fonctionnalités ont été conservées ou ajoutées parce que correspondant à des demandes locales, telles que la possibilité de partager sa localisation. « Nous savons à quel point la sécurité est importante sur ces marchés », a expliqué Peter Deng, en charge de l’expérience client d’Uber, à TechCrunch.

Uber s’attaque aux pays à opportunités

Cette application lite est une nouvelle arme pour passer à l’assaut des marchés à fort potentiel. Uber, non contente de compter 75 millions d’utilisateurs et utilisatrices par mois, souhaite doubler sa clientèle en s’installant dans des pays aux économies numériques émergentes. « Les 100 prochains millions d’utilisateurs viendront d’en dehors des Etats-Unis », confirme Peter Deng dans un communiqué.

En Asie, la partie n’est pas gagnée. En 2016, Uber avait baissé les bras face à son concurrent local Didi Chuxing. Plus récemment, en mars, c’est en Asie du Sud-Est qu’Uber s’est avouée vaincue en cédant ses activités à Grab, une société basée à Singapour et leader dans la région. Conquérir l’immense marché indien est donc une priorité pour Uber. Mais là aussi, l’entreprise américaine fait face à un concurrent de poids : l’entreprise Ola qui détient 45% du marché du VTC.

Comme ses concurrentes asiatiques, l’entreprise s’est construite dès le début autour des problématiques locales, Ola a ainsi développé sa propre appli légère fin 2017. Uber doit désormais s’aligner pour séduire ces populations aux us et coutumes numériques spécifiques.

Chez les GAFAM, une tendance à la légèreté

Uber n’est pas la première entreprise américaine à développer une app lite pour conquérir des marchés en pleine expansion où l’accès à Internet est encore chaotique. Comme le rappelle la newsletter Planet, Facebook a ouvert le bal dès 2015 avec la version allégée de son appli, Facebook Lite, qui comptait dès 2017 pas moins de 200 millions d’utilisateurs et utilisatrices. S’en est suivi Messenger Lite, qui est désormais disponible dans 150 pays. De façon similaire, l’application YouTube Go vient de s’étendre à 130 nouveaux pays. Twitter et Skype proposent aussi une application lite.

Depuis 2015, le nombre d’utilisateurs d’Internet sur mobile n’a cessé d’augmenter en Inde. (Etude de Statista)

Toutes ces applis ont un fonctionnement similaire : elles s’allègent d’un grand nombre de fonctionnalités, jouent sur le hors-ligne, permettent d’adapter leur utilisation en fonction de la rapidité de la connexion – en permettant par exemple de streamer des vidéos en basse qualité pour YouTube Go –  et ajouter des options pertinentes localement.

Uber Lite fonctionne de façon similaire mais marque une rupture puisqu’elle ne permet pas d’utiliser un réseau social mais un service de la vie courante. Si cela fonctionne pour Uber, il y a fort à parier que d’autres entreprises internationales se mettront à offrir des applis allégées pour mieux conquérir ces énormes marchés dont elles ont à peine effleuré le potentiel.

Image d’en-tête par Uber

La rédaction HOW

par L'ADN

Linkedin

A lire aussi

La communauté des leaders de l'innovation

Innovating in good company

Rejoignez-nous