Uber se met aux vélos et aux trottinettes électriques pour devenir le géant de la multi-modalité

12 juin 2018

Uber lancera son service de vélos électriques en libre-service en Europe avant la fin de l’été, une annonce qui en dit long sur la nouvelle stratégie, plus globale et plus verte, du groupe.

Mercredi 6 juin, sur la scène de NOAH, une conférence tech à Berlin, le CEO d’Uber, Dara Khosrowshahi, a annoncé le lancement de son service de bicyclettes électriques partagées sans borne à Berlin, une première étape avant un déploiement européen. Uber rejoindra un marché très concurrentiel. Berlin compte déjà trois services de vélos en libre-service sans borne : OBike (qui a échoué à se lancer sur le marché français), Mobike et LimeBike, un service venu des Etats Unis qui propose aussi une offre électrique.

Pour développer cette nouvelle offre, Uber s’appuiera sur JUMP, une startup américaine dont elle a fait l’acquisition en avril pour près de 200 millions de dollars et qui opère déjà à Washington D.C. et dans quelques villes californiennes. Il s’agit là de la première acquisition du géant américain depuis que Dara Khosrowshahi a rejoint l’entreprise de VTC en tant que CEO en août 2017. Parallèlement, Uber serait en négociations pour acquérir Motivate, l’entreprise qui gère les équivalents de Vélib’ à New York et San Francisco. Ces acquisitions s’inscrivent dans la stratégie du nouveau PDG.

« [Nous pouvons] être plus que des voitures, nous pouvons être un service de mobilité dans une ville, et nous pouvons aider à résoudre les problèmes de congestion que doivent affronter toutes les villes », a ajouté Dara Khosrowshahi lors de cette conférence.


Lire aussi : Pour changer les mobilités, il faut mettre l’humain au coeur des projets

Maintenant que le marché du taxi et assimilés est arrivé à maturité, Uber doit trouver de nouvelles opportunités. Après avoir lancé des services, tels que la livraison de nourriture, l’entreprise cherche à développer des formes de mobilité alternatives, comme les voitures volantes et les trottinettes.

Uber a confirmé la semaine dernière avoir déposé une demande de permis pour lancer un service de trottinettes électriques en libre-service à San Francisco.

plateforme Uber x JUMP

Uber a racheté la startup Jump en avril, une stratégie qui lui permettra de déployer ses nouveaux services de mobilité électrique en Europe. Image par Jump.

La ville californienne a récemment pris des mesures strictes comprenant un système de permis pour encadrer ce nouveau marché alors que des dizaines de startups ont inondé les trottoirs de trottinettes ces derniers mois. Uber a candidaté à travers Jump et rejoint ainsi 11 autres entreprises dont Lyft et Lime. Seuls cinq permis seront donnés. Si Uber en reçoit un, le service sera intégré à l’appli Uber.

Uber prévoit aussi de lancer UberGreen, son service de voitures électriques à Berlin afin de promouvoir les transports verts en Europe. Dara Khosrowshahi entend bien créer à Berlin un « nouvel Uber », pour reprendre ses termes, un Uber plus éthique qui développe des marchés « à travers les partenariats et le dialogue ».


Lire aussi : Lancement des navettes Citymapper : la data n’a pas fini de transformer les transports

Au delà des défis propres à Uber, ces expansions sont révélatrices d’une tendance internationale : les entreprises tech de la mobilité ne veulent plus se limiter à leur activité initiale, elles souhaitent devenir des acteurs de la multi-modalité. En Asie, les services de taxi, Ola, le leader en Inde, Grab en Asie du Sud Est et Didi en Chine, se sont mises aux services de vélos en libre-service. Grab a investi directement dans le service de vélos en libre-service OBike, tandis que Didi a investi dans son concurrent Ofo, que l’on retrouve en France et qui a aussi demandé un permis pour déployer des trottinettes électriques à San Francisco. Plus étonnant, Citymapper, une appli de planification de trajet, teste des services de bus à Londres.

Dans la mobilité, l’heure est aux mastodontes de tech et aux mobilités alternatives.

Image d’en-tête par Jump

 

La rédaction HOW

par L'ADN

Linkedin

A lire aussi

La communauté des leaders de l'innovation

Innovating in good company

Rejoignez-nous