Verra-t-on éclore la prochaine Silicon Valley en Afrique ?

7 novembre 2018

Début Novembre, Alibaba le géant chinois du e-commerce annonçait en grande pompe l’implantation de sa filière eWTP au Rwanda. Pour Jack Ma, le PDG d’Alibaba, l’Afrique est un continent stratégique. Deviendra-t-il le prochain eldorado de la tech ?

Paul Kagamé, le président rwandais, peut se féliciter. Il a été la cheville ouvrière du partenariat technologique et économique conclu avec le géant chinois Alibaba. Le 2 novembre dernier, le mastodonte du e-commerce officialisait sa présence sur le continent africain avec l’implantation de sa filière eWTP (electronic world trade platform). L’enjeu ? Développer le commerce en ligne, encore balbutiant, sur le continent africain. Alibaba s’est dans ce sens engagé à collaborer avec le Rwanda Development Board (RDB) et le National Agricultural Export Development Board pour accompagner les entreprises du secteur. Le géant chinois devient ainsi un acteur de choix dans le développement du numérique africain.

Le Rwanda, en pointe sur l’économie numérique

Le Rwanda est l’un des plus petits pays au monde, mais il est l’un des pays d’Afrique les plus avancés sur l’économie numérique (avec le Cameroun et l’Afrique du sud). Le pays aux mille collines s’est doté à l’été 2018 d’un fond national pour la recherche et l’innovation avec un budget de 30 millions de dollars alloués par l’African Development Bank (AfDB). Et le président Kagamé entend bien faire de Kigali, la capitale du pays, une ville influente sur la carte de l’économie numérique. Jusqu’à détrôner la Silicon Mountain, le centre névralgique de la tech situé au Cameroun ? Pour le moment, Kigali bâtit son écosystème : le président y a fait construire un aéroport dernier cri, pour favoriser la mobilité et l’accueil des investisseurs internationaux, et il s’emploie à déployer la 4G sur l’ensemble du territoire (grâce à un partenariat mis en place avec l’opérateur coréen KTcorp).

En attendant la sortie de terre de la Silicon Valley d’Afrique de l’Est, située à quelques kilomètres de Kigali, la vitrine des ambitions du président rwandais s’appelle le klab. Situé en plein cœur de la capitale, cet espace entend fédérer la communauté locale des entrepreneurs, makers, étudiants et mentors. Des spécialistes sont régulièrement invités lors de conférences pour donner des conseils aux entrepreneurs locaux. En Mars dernier, le klab recevait notamment l’entrepreneur israélien Rafi Rich venu parler d’innovation urbaine et de smart city.

Agriculture, éducation, santé : les défis du numérique

L’Afrique entend se doter d’un écosystème solide parce que les chefs d’états entrevoient le numérique comme une solution possible aux grandes problématiques du continent. Agriculture, éducation, santé, ville : la tech propose des solutions concrètes à des enjeux cruciaux. Au Rwanda, un pays où l’économie repose encore majoritairement sur l’agriculture, les drones pourraient peu à peu faire leur apparition pour fournir des images de terres agricoles isolées. Certaines start-ups planchent déjà sur des systèmes de capteurs intelligents pour fournir des indications de pluviométrie. Quant à l’intelligence artificielle, elle permettrait de mettre en place des systèmes de maintenance prédictive très utiles pour les agriculteurs du pays. Dans le secteur de l’éducation, les perspectives offertes par la tech sont également très larges.

Le Rwanda s’est déjà doté d’un programme de MOOC (massive online open courses), grâce notamment au programme de distribution d’ordinateur ‘One Laptop Per Child’ (OLPC). Mais, sur un continent sous équipé en ordinateurs, c’est bien le mobile qui est l’outil de prédilection pour donner accès à l’information et à l’éducation. « Le mobile learning (l’envoi de cours et de ressources par sms) est en plein boom », précise Rebecca Enonchong, entrepreneuse camerounaise qui compte dans les 10 femmes les plus influentes de la tech en Afrique. Elle dirige la plateforme AppsTech (filiale du groupe Oracle) qui développe des solutions de cloud sur le continent. Cette technique de consultation à distance, avec envoi des diagnostics par sms, est également développée dans le domaine de la santé. Tout comme l’utilisation de drones, notamment pour avoir accès aux territoires les plus reculés.

L’Afrique est déjà une terre fertile pour le numérique. Mais, malgré la bonne santé du tissu local et l’arrivée des investisseurs (notamment chinois), le continent se heurte au problème structurel des infrastructures. Ainsi, au Rwanda, la majorité de la population n’a pas accès à une connexion Internet. Le sujet était d’ailleurs débattu lors de l’Africa IT Expo (AITEX) qui se tenait au Maroc début Octobre 2018. Le Rwanda et le Bénin y étaient d’ailleurs mis à l’honneur. L’occasion pour les responsables locaux de défendre l’ambitieux plan « Vision 2020 » du président Kagame. Un plan que l’arrivée d’Alibaba dans le pays pourrait bien accélérer.

La rédaction HOW

par L'ADN

Linkedin

A lire aussi

La communauté des leaders de l'innovation

Innovating in good company

Rejoignez-nous