Victoires de la Croissance : « Une start-up nation, c’est bien, une scale-up nation, c’est mieux ! »

4 avril 2019

Pour la quatrième année consécutive, KPMG et CroissancePlus organisent Les Victoires de la Croissance (ex-Scale-Up Awards) en s’associant cette fois à BNP Paribas et Le Figaro. Rencontre avec François Bloch, Directeur Général de KPMG et membre du jury, afin d’en savoir plus sur les enjeux du prix et les problématiques des entreprises en hyper croissance.

HOW : Pourquoi avoir lancé ce prix, Les Victoires de la Croissance ?

François Bloch : Nous avons co-créé les Scale-Up Awards en 2016 avec le réseau d’entrepreneurs CroissancePlus. Accompagner la croissance des entreprises du territoire, parfois dès la phase d’incubation, et voir naître de beaux parcours (tels qu’OVH ou Erytech Pharma) est l’une des raisons d’être de KPMG. Nous entendons souvent parler de la France « start-up nation », et force est de constater que beaucoup de choses sont faites aujourd’hui pour ces start-ups et que nous disposons d’un écosystème favorable au développement de ces dernières. Le concept de scale-up– une entreprise en hyper croissance – nous a intéressé car il ne concerne pas que les start-ups mais aussi les PME, qu’on a trop tendance à opposer. Avec ce prix, nous les réunissons.

HOW : Sur quels critères évaluez-vous les entreprises participantes ?

Le concours est ouvert à tous types d’entreprises : start-up, PME voire ETI, à condition qu’elles soient françaises et indépendantes, c’est-à-dire détenues (pour la majorité du capital) par des associés personnes physiques. Pour être considérées comme scale-up, leur chiffre d’affaire doit être supérieur à 10 millions d’euros sur le dernier exercice clos et elles doivent avoir connu une croissance annuelle moyenne de plus de 10% (minimum) au cours des trois dernières années, ainsi qu’une croissance continue de leurs effectifs. Ce critère est important à nos yeux car il est synonyme de création d’emplois. Enfin, elles doivent disposer de capitaux propres positifs sur les trois derniers exercices clos.

François Bloch, directeur général de KPMG France

HOW : Que gagnent-elles à s’inscrire à ce prix ?

Le gain de visibilité est non négligeable : nos derniers lauréats, Agriconomie et Ogury, ont été mis en avant lors nos évènements, sur BFM Business ainsi que sur nos réseaux sociaux, ce qui a pu renforcer leur notoriété. En juin 2019, la remise des prix aura d’ailleurs lieu dans les locaux du Figaro, notre partenaire média, et sera retransmise en live. Le vainqueur bénéficie également du réseau et des conseils de KPMG et BNP Paribas, très implantés localement partout en France, ainsi que de tous les évènements de CroissancePlus pendant l’année à venir. En interne aussi, un tel succès génère de la fierté d’appartenance, non seulement au sein des équipes mais également auprès des partenaires, des clients et des prospects. Cela aide l’entreprise, même si au départ, ces scale-up se sont déjà bien débrouillées, sinon elles n’en seraient pas là !

HOW : En quoi cet élément de culture d’entreprise est-il important ?

Dans la pratique, l’hyper croissance s’accompagne souvent d’une hyper fragilité. Lorsqu’on accompagne une scale-up sur un projet, il faut bien savoir qu’au terme de la mission l’entreprise ne présentera plus les mêmes caractéristiques qu’au lancement du projet. Nous devons nous aussi ajuster nos accompagnements en mode agile. Une scale-up est une organisation mouvante, et les personnes qui l’accompagnent doivent donc s’adapter en permanence dans cette zone d’inconfort qu’est le changement continuel. Le dirigeant, dont les principales caractéristiques sont d’être visionnaire, passionné et bienveillant, doit avant tout impulser une culture d’entreprise forte. C’est l’un des grands enseignements de notre étude sur les enjeux des entreprises en hyper croissance. Il faut une politique de développement des talents de qualité pour accompagner la croissance et atteindre ses objectifs.

HOW : Les défis des scale-up sont-ils en ce sens plus complexes que ceux rencontrés par les start-ups ?

Les besoins des entreprises en hyper croissance sont nombreux : transformation et pilotage des fonctions support, accompagnement de la gestion des talents, renforcement de la gouvernance, internationalisation… Il est toutefois rassurant de constater qu’en 2018, les levées de fonds supérieures à 10M€ en France sont passées de 60 à plus de 100 ! Les Victoires de la Croissance nous permettent également, grâce à la participation de nos équipes spécialisées dans l’analyse des dossiers des candidats, d’acquérir chaque année une meilleure connaissance des facteurs clés de succès des scale-up et de faire évoluer notre offre de services. On fait beaucoup pour les start-up, or il ne sert à rien d’être une « start-up nation » si l’on ne devient pas également une « scale-up nation » puis une « ETI nation ».

La rédaction HOW

par L'ADN

Linkedin

A lire aussi

La communauté des leaders de l'innovation

Innovating in good company

Rejoignez-nous