Visite guidée de l’hôpital du futur

13 février 2019

Parcours-patient digital, réalité virtuelle ou encore “carebots” : plusieurs expérimentations menées en France soulignent la part grandissante des technologies à l’hôpital.

L’hôpital du futur sera hyper-connecté. Pour traiter des patients toujours plus nombreux et désengorger les hôpitaux, les personnels soignants pourront compter sur plusieurs innovations technologiques. Objectif : suivre en temps réel l’état de santé du patient, depuis son admission jusqu’à sa sortie, et même son retour à domicile.

Des robots en blouse blanche. Ils s’appellent Tug ou Moxi et ont déjà grossi les rangs de certains hôpitaux américains en tant que “carebots”. Tug est un robot infirmier prévu pour distribuer les repas et les médicaments. Moxi, lui, est décrit comme “socialement intelligent” et “amical”. Avec son look d’humanoïde façon Pixar, il tourne la tête quand on lui parle et aide les soignants à la collecte de matériel médical et au réapprovisionnement des salles de fournitures. Mais on pourrait voir plus loin et imaginer un robot d’accueil, qui parle toutes les langues et délivre au patient un bracelet avec toutes les informations essentielles pour son séjour à l’hôpital : identifiant, groupe sanguin, numéro de sécurité sociale, ordonnances, proche de confiance…

Une chambre intelligente. Elle aura deux fonctions : rendre le séjour du patient plus agréable et assurer un suivi en temps réel de son état. Selon LCI, elle pourra être équipée de capteurs connectés pour alerter l’infirmière d’un accès de fièvre ou d’une gêne respiratoire, de bandes photoluminescentes pour baliser la chambre la nuit sans recourir aux lumières, comme le propose la start-up française Eldom, ou encore d’un compagnon numérique pour consulter les rendez-vous médicaux et examens à venir et contacter ses proches.

A Lille, une alliance entre le ClubSanté, une trentaine d’entrepreneurs du Nord-Pas-de-Calais, et le CHRU de Lille ont rassemblé leur savoir-faire pour créer une chambre d’hôpital automatisée, connectée, ultra confort presque « comme à la maison ». Nom de code : la concept room opus 1, lancée en 2012. Trois autres concept rooms ont suivi depuis, dédiées au service ambulatoire, à l’Ehpad ou encore l’hospitalisation à domicile de demain.

Un verre connecté pour lutter contre la déshydratation. Les personnes âgées n’ont pas forcément le réflexe de boire régulièrement. Pour prévenir les risques de déshydratation, la start-up Auxivia a imaginé ce verre à double fond équipé de capteurs. « On sait ainsi mesurer la quantité d’eau ingérée dans la journée », souligne Aymeric Tardivel, coordonnateur du laboratoire d’innovations du mieux vieillir au centre hospitalier de Tréguier. Ce qui permet d’éviter la mise sous perfusion, souvent très inconfortable. 

La VR pour s’évader ou se rééduquer. La start-up Live-Out, près de Saint-Brieuc, a adapté un casque de réalité virtuelle pour les personnes âgées, pour leur apporter un peu d’évasion. Mais la VR est aussi intéressante pour les soins. En France, l’hôpital Saint Joseph teste la réalité virtuelle pour réduire la douleur et le stress des patients aux urgences. Une sorte d’hypnose virtuelle.

Le suivi post-opératoire connecté. En partenariat avec la start-up Bioserenity, WeHealth by Servier a conçu Cardioskin, un dispositif médical qui permet de réaliser à distance  un diagnostic des troubles cardiaques grâce à un enregistrement continu de l’électrocardiogramme jusqu’à 14 jours, y compris en ambulatoire. Qu’il s’agisse du parcours digital ou du suivi à distance, les nouvelles technologies contribuent donc à rendre au patient son autonomie, tout en le gardant sous bonne surveillance.

La rédaction HOW

par L'ADN

Linkedin

A lire aussi

La communauté des leaders de l'innovation

Innovating in good company

Rejoignez-nous