Votre nouvelle pharmacie s’appellera peut-être Amazon

24 août 2018

Amazon a décidé de se lancer dans la vente de médicaments en ligne. Les pharmacies traditionnelles n’ont qu’à bien se tenir !

Les drugstores ont désormais un rival de taille. Après s’être attaqué au secteur de l’alimentaire, Amazon vise désormais le secteur pharmaceutique.

En juin 2018, le géant du web a annoncé le rachat de la startup PillPack pour un montant inconnu. Fondé en 2013, cette pharmacie en ligne 2.0 simplifie l’expérience des patients. Le service trie les médicaments prescrits et les emballe individuellement par dose, avant de les livrer directement au domicile des utilisateurs.

Si c’est là son plus grand coup pharmaceutique, ce n’est pas le premier. Depuis quelques années déjà, l’entreprise tâte le terrain, notamment à l’étranger. En 2017, au Japon, elle a noué un partenariat stratégique avec les chaînes de pharmacie locales CocoKara et Matsumotokiyoshi Holdings afin de livrer des médicaments qui nécessitent une ordonnance. Aux Etats-Unis, Amazon a constitué une équipe composée d’une trentaine de professionnels du secteur pour examiner les opportunités sur le marché pharmaceutique. La même année, l’entreprise a réussi à obtenir des licences l’autorisant à distribuer des médicaments en ligne et à les livrer dans une douzaine d’états américains.

Avec le rachat de Pillpack, Amazon s’assure de gagner une longueur d’avance sur ses concurrents. Le service est en effet très populaire aux États-Unis et l’entreprise est même en partenariat avec les principaux régimes d’assurance, note Les Echos.


Lire aussi : Google veut lancer un microscope 4.0 pour détecter les cancers en temps réel

L’entrée d’Amazon dans le secteur pharmaceutique n’est pas sans conséquences pour les acteurs traditionnels. Depuis l’annonce du rachat de Pillpack, certains ont déjà vu leur chiffre d’affaires chuter. Ainsi, d’après La Tribune, le leader Walgreens Boots Alliance a vu ses ventes baisser de 9,45% tandis que celles des grossistes Mckesson et Cardinal Health ont chuté de 5%.

Pourrait-on assister à un tel bouleversement en France ? Pas si sûr. Depuis 2012, la vente de médicaments en ligne est extrêmement régulée et seules les pharmacies disposant d’une officine, soit d’un lieu où préparer et entreposer les médicaments, peuvent offrir un tel service. Mais la pression de géants comme Amazon pourrait peut-être changer la donne.

Image d’en-tête par PeopleImages

La rédaction HOW

par L'ADN

Linkedin

A lire aussi

La communauté des leaders de l'innovation

Innovating in good company

Rejoignez-nous